Serge Elisseeff, le japonologue qui voulait devenir un Edokko (4/5)

Entre juillet et septembre 2021, l’EFEO a reçu cinq stagiaires, qui ont pris en charge le récolement du Fonds Serge et Vadime Elisseeff. Ces archives, entrées par don il y a plusieurs années, feront l’objet d’un traitement archivistique complet en 2022. L’inventaire détaillé, qui marque la première étape du signalement de ce fonds, est le résultat d’un travail gigantesque.

La bibliothèque de l’EFEO tient à remercier très chaleureusement ces cinq jeunes collègues pour leur ténacité !Pour permettre au public de mieux connaître ces archives et leurs producteurs, Line Langlois-Deschamps, Ambre Genevois, Alexis Markovitch, Yukari Laurent et Long Sha présenteront chacun à leur tour, dans une série de cinq billets, un aspect spécifique de ce fonds.

Ce quatrième article est écrit par Yukari Laurent. Docteure en littérature classique japonaise (Université de Nagoya, Japon, 2009), titulaire d’un Master 2 recherche en études japonaises (Université Paris Diderot, 2017), catalogueuse vacataire à la bibliothèque de l’IHEJ du Collège de France (2017-2021), elle termine sa préparation d’un master en Sciences de l’information et des bibliothèques à l’Enssib et travaille actuellement comme catalogueuse à la Bibliothèque de l’INHA.


« Je voulais tellement m’identifier aux Edokko que je les imitais dans leurs moindres gestes1 : je portais quotidiennement le kimono avec les geta (tongs en bois) et fréquentais le sentō (bain public traditionnel) pour prendre un bain bien chaud ! […] “拝啓、陳者了承仕り候 (Haikei, nobureba ryōshō tsukamatsuri sōrō)”, j’ai même travaillé ce type de style épistolaire et archaïque, sōrō-bun. Une lettre bien écrite en style sōrō est vraiment magnifique, n’est-ce pas ? »

En japonais courant, et avec un accent évoquant le quartier populaire d’Edo-Tokyo, Serge Elisseeff (1889-1975) raconta ses souvenirs de son premier séjour d’étude au Japon entre 1908 et 1914, à l’âge de 19-25 ans. Une coupure de presse japonaise d’une interview datant de 1973, retrouvée dans le fonds d’archives Elisseeff de l’EFEO, nous permet de (re)découvrir combien il était passionné de culture traditionnelle japonaise et qu’il se donna littéralement corps et âme à ses études de ce pays oriental toute sa vie2. À titre anecdotique, nous pouvons même admirer dans le livre de Yasuo Kurata, エリセ―エフの生涯 Erisēefu no shōgai (La vie d’Elisseeff), des photographies splendides sur lesquelles Serge était habillé en danseuse japonaise avec le kimono de femme et la perruque du type shimada : intéressé par le Kabuki, une forme de théâtre traditionnel interprété exclusivement par des hommes depuis environ 1630, il suivait en effet également un cours de danse féminine au Japon3.

Photo 1 : Une page des notes qui étaient à l’origine dans un classeur intitulé « 候文 Sōrō-bun : Style épistolaire archaïque », attribuées à Serge Elisseeff, [s.d.]

C’est lui qui fut le premier Occidental admis à l’Université Impériale de Tokyo (actuelle Université de Tokyo) ; il y obtint sa licence et poursuivit en cycle supérieur ; il devint plus tard en France un des orientalistes les plus importants du 20e siècle, voire, au dire de certains, le premier véritable japonologue de l’Occident.4 5

Voulant concrétiser son projet de séjour au Japon, Serge Elisseeff, étudiant originaire de Saint-Pétersbourg, eut la chance, lors du commencement de ses études d’orientaliste à l’Université de Berlin en 1907, de rencontrer fortuitement le japonais Shinmura Izuru 新村出 qui y faisait également ses études en linguistique6. Ce dernier est un futur linguiste et philologue qui publierait un dictionnaire japonais célèbre, Kōjien 広辞苑. Impressionné par le zèle et l’intelligence de ce jeune Russe, Shinmura adressa des lettres pour le recommander à des professeurs de l’Université Impériale de Tokyo, dont son ancien professeur, Ueda Kazutoshi 上田萬年, responsable alors de la section de Littérature japonaise. Le soutien de ce dernier à Serge constitua un apport non négligeable, aussi bien pour son admission dans cette université qu’après la fin de ses études au Japon, ce que nous constaterons plus bas à partir du brouillon d’une lettre de Serge. Par ailleurs, l’aide de Sergueï Fiodorovitch Oldenbourg (1863-1934), académicien russe et spécialiste des cultures orientales, fut tout aussi déterminante : en discernant la talent de Serge, il le munit d’une lettre destinée à Yasugi Sadatoshi 八杉貞利, spécialiste en langue et littérature russes et chargé de cours alors dans la même université impériale qu’Ueda7. Grâce à lui, Serge parvint à constituer son dossier de candidature en japonais, langue qu’il ne maitrisait pas encore, et avec les signatures des deux garants, Yasugi et Ueda8. C’est ainsi que commença, en 1908, le parcours d’un futur japonologue.

Comme on le sait, Serge écrivait son nom comme « 英利世夫 » en japonais, et d’ailleurs ce fut au moment de la préparation du dossier de candidature que Yasugi inventa cette orthographe japonaise par la nécessité d’y transcrire le nom russe de Serge ; en empruntant le « 英 » de 英一蝶 Hanabusa Itchō (1652-1724), peintre japonais préféré de ce dernier, Yasugi attribua les kanjis à son nom de famille séparé en syllabes : [e-li-se-fu]9 (photo 2). Au sein du fonds d’archives Elisseeff de l’EFEO, constitué majoritairement de notes autographes, de manuscrits des documents scientifiques, d’épreuves de publications et de correspondance personnelle ou professionnelle, la signature « 英利世夫 » nous permet de repérer également ses brouillons manuscrits des lettres en japonais (photo 3). Ecrits en cursive avec un style épistolaire aussi soutenu que le sōrō-bun, ils nous montrent sa bonne maitrise de cette langue, mais ils révèlent aussi des fragments d’échanges que Serge continuait d’avoir avec les Japonais après qu’il avait fui à Paris en 1921 la Russie bolchévique.

Photo 2 (à gauche) : Carte de visite de Serge retrouvée dans un dossier des notes sur Bashō 芭蕉 ; il est écrit : « Etudiant en Master / Licencié ès lettres », avec l’adresse de Yayoi-chō à Tokyo où il habitait pendant son séjour.
Photo 3 (à droite) : Brouillon d’une lettre destinée à Ōkura Kumiko 大倉久美子. La signature « 英利世夫 » écrite à la verticale se trouve en bas au milieu de la photo.

Prenons par exemple le brouillon d’une lettre de 1923, destinée à un certain Oikawa Shigenobu 老川茂信 de Hambourg (photo 4). D’après ce que Serge écrivit, ses livres sur l’histoire de la littérature japonaise et de l’art japonais, collectionnés au Japon, puis expédiés en Russie lors de la fin du séjour en 1914, furent bloqués au port de Lübeck en Allemagne, dans un entrepôt, à cause de la guerre qui éclata. Le poids total s’élevait à 1600 kilogrammes pour dix caisses. Pour les réexpédier à Paris, Serge avait contacté plusieurs fois le propriétaire de l’entrepôt depuis 1921 en vain : il lui manquait un document justificatif. Sur ce, son ancien professeur de l’Université Impériale de Tokyo, Ueda Kazutoshi, mentionné plus haut, qui visitait Paris, proposa à Serge d’entreprendre à sa place cette réexpédition lors de son passage à Hambourg en consultant Oikawa. Serge écrivit donc à ce dernier pour lui demander de procéder à cet envoi avec Ueda et d’adresser ses livres au musée Guimet, un de ses lieux de travail, mais non à son domicile, pour éviter le paiement de la douane. Nous comprenons, en lisant la suite de la correspondance, que les livres furent bien réexpédiés à Paris grâce au paiement nécessaire fait par Ueda, ce qui permit à Serge de les récupérer en France par un heureux hasard : si ses livres avaient été expédiés en Russie en 1914 sans problème, il aurait pu les avoir perdus au cours de la Révolution russe.

Photo 4 : Brouillon d’une lettre destinée à Oikawa Shigenobu daté du 21 avril 1923.

En ce qui concerne des documents que Serge put avoir également du Japon en France à la même époque, regardons rapidement un autre brouillon d’une lettre de 1928 destinée au marquis Hosokawa Moritatsu 細川護立侯爵, collectionneur d’œuvres d’art et fondateur de la bibliothèque Eisei bunko 永青文庫 (photo 5). Serge demanda à ce dernier de lui envoyer une vingtaine de livres japonais, dont par exemple Ōkagami shōkai 大鏡詳解 (Conte Ōkagami – édition commentée) de Satō Kyū 佐藤球 qui venait d’être publié en 1927, afin de préparer son cours universitaire, probablement à la Sorbonne10 , et d’aborder ses recherches en langue japonaise. De même, dans un autre brouillon d’une lettre destinée à Hosokawa (photo 6), Serge réclama que ce dernier fît don de livres au musée Guimet, tels que Gunsho ichiran 群書一覧, Zoku gunsho ruijū 続群書類従 et Kojiruien 古事類苑, les plus importantes collections de sources littéraires et historiques japonaises. En suivant ses brouillons et les correspondances, il n’est pas difficile d’imaginer que, grâce à ses échanges avec des Japonais, Serge put rassembler (jamais assez, mais suffisamment) des documents qui lui permirent de continuer ses recherches approfondies en France.

Photo 5 (à gauche) : Brouillon d’une lettre destinée au marquis Hosokawa Moritatsu, daté du 10 avril 1928
Photo 6 (à droite) : Brouillon d’une lettre destinée au marquis Hosokawa Moritatsu, sans date précise.

Or, nous pouvons en même temps constater une sorte de déception chez Serge, également à partir d’un autre brouillon d’une lettre (photo 7). Ce dernier a été retrouvé dans la correspondance de Takagi Ichinosuke 高木市之助, spécialiste de la littérature classique japonaise et ancien camarade de Serge de l’Université Impériale de Tokyo. D’après son contenu, on peut estimer qu’il a été rédigé aussitôt après la visite de Takagi à Paris en 1924-1925. Serge écrivit :

C’était une grande joie que nous nous sommes revus plusieurs fois durant ton séjour à Paris. […] A chaque fois, j’ai passé un agréable et heureux moment en discutant sur la littérature japonaise avec toi, qui m’a rappelé de nos années de l’université. À Paris, peu de personnes connaissent véritablement le Japon, je dirais même que presque personne ; il n’y a pas beaucoup d’esprits avec qui je peux discuter.

Photo 7 : Brouillon d’une lettre, ca. 1924.

Nous ignorons si Serge copia cette dernière phrase au propre, mais ce doivent être des paroles qui s’échappèrent de son cœur dans la mesure où il écrivait à un vieil ami. Néanmoins, ce n’étaient probablement pas des reproches à qui que ce soit, ni des critiques sur la qualité des études japonaises en France. Si Serge restait sur sa faim à Paris, c’était probablement parce qu’au temps de son séjour au Japon, il vivait au milieu des meilleurs spécialistes, écrivains, artistes, critiques du pays, et il discutait quotidiennement avec eux dans leur langue. Ce qui l’illustre, par exemple, c’est que, par l’entremise de Tanizaki Jun.ichirō 谷崎潤一郎, camarade d’université et futur romancier, Serge devint membre de l’association Pan no kai パンの会 (1908-1912)11 , groupe d’écrivains, d’artistes et d’acteurs du courant esthétique Tanbi-shugi 耽美主義, correspondant à l’esthétisme britannique et au symbolisme en France, dont faisaient partie également certains auteurs de la revue littéraire Mita bungaku 三田文学 tels que Nagai Kafū 永井荷風 et Kubota Mantarō 久保田万太郎12. Ou bien, comme on l’évoque souvent, Serge fréquentait le Salon du Jeudi (Mokuyōkai 木曜会) des jeunes écrivains et des critiques au domicile de Natsume Sōseki 夏目漱石 (1867-1916), un des plus grands romanciers du Japon moderne. Cela se fit grâce à Komiya Toyotaka 小宮豊隆, un des disciples de Sōseki, futur spécialiste de la littérature allemande et critique littéraire, que Serge connut par l’intermédiaire d’Ueda et qui devint son meilleur ami13 . Au salon, Serge fit la connaissance, entre autres, d’Akutagawa Rryūnosuke 芥川龍之介14 , nouvelliste dont le prix littéraire éponyme “Akutagawa” est l’équivalent du prix Goncourt en France, et peut-être aussi de Shiga Naoya 志賀直哉, écrivain qui, au dire de certains spécialistes japonais, était un « génie de la littérature en prose » 小説の神様 shōsetsu no kamisama. Etant donné la vie culturellement fertile que Serge mena au Japon, on peut dire qu’il était assez naturel que Serge en ressentît le manque ailleurs.

Toutefois, ce sentiment, pas très éloigné de la frustration, dut, paradoxalement, favoriser son allant et sa vigueur dans ses activités professionnelles. Cela nous fait penser tout de suite à sa publication de la revue Japon et Extrême-Orient dont les manuscrits autographes et dactylographiés ont été redécouverts lors du récolement du fonds d’archives Elisseeff. Christophe Marquet, directeur de l’EFEO, le présente dans son article de 2014 « Le développement de la japonologie en France dans les années 1920 : autour de la revue Japon et Extrême-Orient » ; c’est le premier périodique culturel en langue française exclusivement consacré au Japon, à être édité en France à un rythme mensuel, avec une diffusion large et une ambition plus généraliste que les trois précédentes revues existant à la fin du XIXe siècle et au début du siècle suivant, dont le lectorat visé était restreint15 . Depuis décembre 1923, chez l’éditeur Edmond Bernard, cette revue d’informations politiques, économiques, artistiques et littéraires du Japon et de l’Extrême Orient sortit sous la direction d’un comité de rédaction composé des spécialistes dans ce domaine, dont Serge Elisseeff et Claude Eugène Maitre (1876-1925), japonisant, ancien directeur de l’EFEO et conservateur-adjoint du musée Guimet (à qui Serge proposa d’ailleurs la codirection de la revue). Ce dernier fit paraître dans presque chaque numéro la traduction française inédite d’une nouvelle ou d’un conte de grands écrivains japonais de son temps ou de nouveaux talents, tels Shiga Naoya, Tanizaki, Kafū, Akutagawa, mentionnés plus haut, ou Kikuchi Kan 菊池寛 et Satomi Ton 里見弴 (photo 8).

Photo 8 : Manuscrits autographes et dactylographiés de Serge Elisseeff : (à gauche) « Le Crime du Jongleur », traduction de « 范の犯罪 (Han no hanzai) » / Shiga Naoya. JEO (Japon et Extrême-Orient), n° 1 ; « Le Tatouage », trad. de « 刺青 (Shisei) » / Tanizaki Jun.ichirō. JEO, n° 2 ; « Le renard », trad. de « Kitsune (狐) » / Nagai Kafū ; article « Jippensha Ikku et le Hizakurige », JEO, n° 5 ; (à droite) « Les poupées », trad. de « Hina (雛) » / Akutagawa Ryūnosuke. JEO, n° 4 ; « Les trois jours », trad. de « Mikka (三日) » / Okada Yachiyo 岡田八千代. JEO, n° 5.

Malheureusement, la revue disparut au bout d’un an et de douze numéros, en raison de la maladie qui frappa Maitre et l’affaiblissement du soutien financier des mécènes16 . Malgré la courte durée de la publication, la contribution de la revue et de Serge par le biais de cette dernière au développement de la japonologie en France a été considérable, d’après Christophe Marquet. Par ailleurs, cette publication dut permettre à Serge lui-même de fait valoir ses mérites et ses connaissances en France où il venait de s’installer. (À titre d’information, l’EFEO conserve également, dans le fonds d’archives Elisseeff, des manuscrits écrits par d’autres que Serge, tel le conte “Un vieillard” (Rōjin 老人) de Shiga Naoya, traduit par Moïse Charles Haguenauer (1896-1976), créateur de la japonologie moderne en France17 : photo 9).

Photo 9 : (à gauche) « Le mouvement social au Japon. Les groupements et les hommes », JEO, n° 3 ; (à droite) « Un vieillard », trad. de « Rōjin (老人) » / Shiga Naoya, par Moïse Haguenauer, JEO, n° 3.

Évidemment, la réussite de Serge ne fut pas seulement le fruit du hasard ou de la chance. Il fournissait toujours des efforts soutenus pour ses études, pour sa vie et pour celle de sa famille. En lisant, par exemple, Sekiro no hitojichi nikki 赤露の人質日記 (Journal d’un otage de la Russie rouge), témoignage de la période à laquelle il survécut en Russie bolchévique, qu’il écrivit en japonais en 1921 dès l’arrivée en France, nous découvrons qu’il ne se résigna jamais devant l’adversité18 : en pleine pénurie alimentaire, rentrant sous la neige avec un sac lourd de pommes de terre sur son dos, il est tombé par terre. Malgré l’envie de ne plus bouger et l’épuisement qui l’envahit provoqué par l’anémie, il s’est levé et s’est remis à marcher pour nourrir son épouse et ses deux enfants encore petits. Même en prison, il continue à préparer ses cours universitaires et, en lisant l’ouvrage de Natsume Sōseki, il note dans son cahier des mots et des expressions utiles pour apprendre la grammaire japonaise. Il a décidé que lui et sa famille s’exileraient en France pour la santé de ses enfants. Ils se sont réfugiés à quatre, avec seulement deux petits bagages, sans prévenir le reste de la famille, en passant par la Finlande avec l’aide de l’équipage d’un navire contrebandier19 . Nous ne savons pas si cet écrit recèle ou non une part de fiction. Toutefois, de nombreuses fiches de vocabulaire, des brouillons de messages dans les marges desquels il s’entrainait avec acharnement à l’écriture japonaise en cursive juste pour écrire de petit mots : autant d’éléments que nous pouvons observer dans le fonds d’archives d’Elisseeff qui prouvent l’ampleur des efforts de ce grand japonologue qui voulait devenir un Edokko !

Yukari Laurent

Prochain article le 20 décembre : “Un roman de Sessue Hayakawa” par Long SHA.

  1. Le terme Edokko, pouvant se rendre par Edoïte, désigne une personne qui est née et a grandi à Edo (renommé Tokyo en 1868), et plus précisément, qui est issue d’une famille d’artisans, de commerçants ou de marchands citadins ; nombre d’entre eux consacraient leurs loisirs aux activités intellectuelles et artistiques. Par ailleurs, ce terme laisse également entendre que la personne possède certains traits de personnalité comme la conviction, l’humanité, la gaieté, la simplicité et parfois le tempérament bagarreur. Iwao Seiichi, Sakamato Tarō, Hōgetsu Keigo, et al., « 132. Chōnin-bunka », in Dictionnaire historique du Japon, vol. 3, 1975, p. 96-99. Disponible sur : www.persee.fr/doc/dhjap_0000-0000_1975_dic_3_1_871_t2_0096_0000_2 []
  2. Kumada, « Pari ni ikiru ” Meiji ” パリに生きる ” 明治 ” (Une figure de Meiji qui vit à Paris) », Journal Chūnichi shinbun, édition du soir, 22 octobre 1973. L’interview a été réalisée à l’occasion du Prix de la Fondation du Japon (国際交流基金賞 Kokusai kōryū kikin shō). Ce sont les prix qui récompensent les personnes et organisations pour leur contribution significative favorisant la compréhension mutuelle entre le Japon et d’autres pays. Serge fut premier lauréat de l’année du lancement des prix en 1973. []
  3. 倉田保雄 Kurata, Yasuo, Erisēefu no shōgai エリセーエフの生涯 (La vie d’Elisseeff), Tokyo, Chūō kōronsha, coll. Chūō shinsho n° 465, 1977, p. 64-68.   []
  4. « Serge Elisseeff (1889-1975) », in Arts asiatiques, tome 32, 1976, p. 287-288. Disponible sur : www.persee.fr/doc/arasi_0004-3958_1976_num_32_1_1105. Reischauer, Edwin O., « Serge Elisséeff. » in Harvard Journal of Asiatic Studies, vol. 20, n° 1/2, Harvard-Yenching Institute, 1957, p. 1-35. Disponible en ligne : https://doi.org/10.2307/2718519. []
  5. Voir pour sa carrière plus détaillée, l’article de Line Langlois Deschamps « Le fonds Serge et Vadime Elisseeff de l’EFEO » [en ligne] ArchivEFE, 11 octobre 2021. []
  6. Kurata, Yasuo, op. cit., p. 16-18. []
  7. Ibid., p. 19-20 []
  8. Ibid., p. 23-24. []
  9. Ibid., p. 24. []
  10. D’après Edwin O. Reischauer, Serge Elisseeff était chargé de cours invité à l’Université de la Sorbonne en 1922. Reischauer, Edwin O., op. cit., p.22. Par ailleurs, le brouillon d’une lettre de Serge à Hosokawa, daté de 1927, nous fait savoir qu’il assura le cours sur Tsurezuregusa 徒然草 (Les heures oisives) à la Sorbonne cette année-là aussi. Dans le brouillon de 1928 (photo 5), Serge écrivit qu’il donnerait un cours sur le conte Ōkagami au séminaire universitaire d’été sans préciser le nom de l’université. []
  11. Le nom de l’association Pan (dieu de la mythologie grecque) a été emprunté à celui d’une coopérative d’écrivains et d’artistes fondée en 1984 en Berlin. []
  12. Kurata, Yasuo, op. cit., p. 46. []
  13. Ibid., p. 32-38. []
  14. Ibid., p. 40. []
  15. Marquet, Christophe, « Le développement de la japonologie en France dans les années 1920 : autour de la revue Japon et Extrême-Orient », Ebisu [en ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014. Disponible sur : http://journals.openedition.org/ebisu/1388 []
  16. Kurata, Yasuo, op. cit., p. 150 []
  17. Paul-David, Madeleine, « Charles Haguenauer (1896-1976) », in Arts asiatiques, tome 34, 1978, p. 239-240. Disponible sur : www.persee.fr/doc/arasi_0004-3958_1978_num_34_1_1129 []
  18. Elisseeff, Serge (エリセ―エフ Erisēefu), 赤露の人質日記 Sekiro no hitojichi nikki (Journal d’un otage de la Russie rouge), Osaka, Asahi shinbunsha (Journal Asahi), entre juillet et octobre 1921. [Réédition en 1976, avec un commentaire de Kurata Yasuo, Tokyo, Chūō kōronsha, coll. Chūkō bunko]. []
  19. Ibid., p. 66, 94, 97 et 139-150. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 03/01/2022

    […] Serge Elisseeff, le japonologue qui voulait devenir un Edokko, par Yukari Laurent, sur ArchivEFE. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search