Focus sur une œuvre : un voyageur solitaire au guide rouge…

Louis Émile Emmanuel Gilliéron (Villeneuve 1850 – Athènes 1924) est bien connu comme illustrateur de publications archéologiques. Il n’y a guère d’institution archéologique active en Grèce à son époque, avec laquelle il n’a pas collaboré. Mais la collection d’œuvres d’art, issue du fonds d’archives familial légué à l’École française d’Athènes en 2018, a révélé un aspect peu connu de l’artiste : le peintre de paysages et de monuments. Une vocation qu’il ne poursuivit pas professionnellement mais qu’il ne quitta jamais entièrement ; il l’exerça dans le privé (Wolters 1925, xi). Ce fut seulement le legs familial, conservé durant un siècle dans la cave athénienne, qui a permis de porter les œuvres à notre regard.

Un des premiers tableaux qui ont pu être restaurés par l’atelier Art Gnomon Athens grâce au généreux soutien de l’Office fédéral de la culture Suisse (OFC) en 2019/2020, est une huile sur toile, La Vue sur la façade occidentale des Propylées (EFA-FEG -T 33).

Vue sur la façade occidentale des Propylées et temple d’Athéna Nikè, par E. Gilliéron père (1880-1890). État avant et après restauration. / EFA, Fonds Gilliéron, FEG-T-33, cliché E. Miari

Elle fut révélée récemment à l’exposition du Musée du Louvre Paris-Athènes. Naissance de la Grèce moderne 1675-1919 (du 30 Septembre 2021 au 7 février 2022).

L’œuvre offre une vue sur l’entrée occidentale de l’Acropole, telle que Gilliéron devait la fréquenter durant les deux décennies durant lesquelles son quotidien fut étroitement lié à ce site.

Gilliéron fut proche collaborateur des archéologues qui exploraient l’Acropole d’Athènes. Dès 1882/1883 le peintre produisit des illustrations de nombreuses publications de référence, concernant toute sorte de découvertes : statuaire d’époque archaïque et classique avec accent mis sur leur polychromie, céramique figurée archaïque ou décorée d’époque hellénistique, ou bien des statuettes votives en métal. Certaines de ces publications ont vu le jour seulement après sa disparition (pour une bibliographie, voir Mertens 2019).

Le pinceau de Gilliéron a rendu le site et ses monuments de façon très détaillée. Le tableau est daté après la démolition de la tour franque en 1875 (financée par Henry Schliemann avant l’inauguration de ses propres fouilles à Mycènes). Le long du bastion du temple d’Athéna Nikè, des gradins étroits montent vers les Propylées, soit trente-cinq marches d’escaliers. De construction moderne, celles-ci furent réalisées en 1850 sous la direction de Kyriakos Pittakis, d’après un petit plan réalisé par l’architecte français Prosper Desbuisson, pensionnaire de l’Académie de France à Rome. Desbuisson réalisa un séjour à l’École française d’Athènes en 1848/49, peu avant l’arrivée d’Edmond Beulé. C’est ce dernier qui commente la qualité de la construction réalisée, pas totalement conforme au dessin de l’étude (Beulé 1853, 127 ; Perrot 1912, 439 ; Kavvadias et Kawereau 1906, 13-14 et n. 1). Pittakis avait exprimé dès 1844 qu’ « une grande richesse parviendra à la Grèce grâce à l’afflux quotidien de nombreux voyageurs ».

Contemporain -ou un peu postérieur- à la grande fouille des années 1885-1890 de Panagiotis Kavvadias et Georg Kawerau, le tableau représente le site tel qu’ont pu le découvrir les visiteurs d’Athènes vers la fin du XIXe siècle. Gilliéron observe et dépeint les monuments et les pierres avec un regard minutieux, anime les ruines avec deux personnages isolées, des échelles humaines devant l’arrière-plan imposant.

Vue de détail du visiteur en habit occidental, portant une ombrelle et un livre rouge.

L’un d’eux se promène dans la colonnade du temple d’Athéna Nikè ; l’autre s’est arrêté au pied du bastion et tient un livre, en se couvrant d’une ombrelle pour se protéger du soleil. Les deux hommes sont sans doute des voyageurs : habillés à l’occidentale, en pantalon clair et jaquette sombre, ils lisent ou contemplent la vue. Ils observent, s’informent, découvrent à loisir.

Le petit livre que tient le touriste est de couleur rouge… Le genre livresque du guide de voyage était florissant au temps de la croissance du tourisme de croisières, soit à la période autour des premiers jeux olympiques de 1896 (Stiastna 2016, 19, 24-27).

Si les Guides-Joanne édités en français par Louis Hachette avec Adolphe Joanne étaient de couleur bleue – bien avant qu’ils fussent rebaptisés Guides-Bleus en 1919 -, les guides en anglais édités par John Murray furent rouges, de même que les guides en allemand édités par Karl Baedeker. Ce furent d’ailleurs ces deux éditeurs qui ont établis – quasiment ensemble – les manuels de voyage et en ont standardisée la couleur rouge : pour l’observation du tableau de notre artiste Suisse, il est intéressant de rappeler que le premier guide Baedeker publié avec une couverture rouge fut la Schweiz (Suisse) en 1851, juste un an après la naissance de Louis Émile (voir Bruce 2010, 95). Ce type de littérature de voyage lui était donc familier.

Un guide fut également édité par Charles Diehl à partir de 1890, Excursions archéologiques en Grèce : Mycènes, Délos, Athènes, Olympie, Éleusis, Épidaure, Dodone, Tirynthe, Tanagra (Paris, Armand Colin et Cie, réédité quatre fois jusqu’en 1897). Ancien membre de l’École française d’Athènes, il contribue du côté français à cette bibliographie du voyage de la fin du siècle, de même que ses collègues Bernard Haussoulier et ensuite Gustave Fougères dans la série bleue des Guides Joanne. Il sera ensuite de tradition d’associer les guides touristiques avec la couleur rouge. Ce que pourrait en témoigner le volume de Charles Diehl, acquis récemment chez un antiquaire athénien, dont la couverture initialement gris-beige a été restaurée avec une reliure rouge.

Guide de Charles Diehl dont la couverture gris-beige a été remplacée par une reliure rouge.

Nous ignorons quel manuel rouge lit le visiteur solitaire observé par Gilliéron. Toutes les éditions furent continuellement enrichies, renouvelées et rééditées durant les années 1880/1890 et suivant, afin d’y intégrer les nouveautés des grandes découvertes archéologiques dans le pays, les informations sur la métamorphose de la ville d’Athènes en capitale moderne, les conseils pratiques sur le voyage et le quotidien en Grèce. L’objectif était que le voyageur érudit puisse découvrir le site seul, informé par le guide. C’était un grand pas franchi depuis 1835 : aux tout débuts de la fondation de l’état grec, le législateur du roi Otton Ludwig von Maurer proposait d’installer aux monuments des combattants invalides de la guerre de l’indépendance comme guides (Cicerroni) pour les visiteurs étrangers (von Maurer 1835, 234-235) !

Émile Gilliéron est l’artiste illustrateur des archéologues ; il dessine et peint des antiquités, des sites, des monuments et œuvres d’art antiques. Il gagne sa vie par l’activité archéologique, en donnant une image aux découvertes. Mais il a aussi l’esprit commercial : il produit des répliques et des souvenirs, il vend des copies, il conçoit des cartes postales, il élabore et entretient un réseau de clientèle internationale qui apprécie ses produits raffinés. Comme peintre, il observe attentivement le touriste, le public auquel s’adresse cette discipline savante de l’archéologie de terrain. Le tableau nous offre une vue privilégiée sur l’époque et l’ambiance du monde d’Émile Gilliéron : les monuments comme objets de recherches et de mise en valeur, et les hommes qui voyagent de loin pour les visiter.

La date exacte du tableau reste à être définie. Fut-il peint durant les deux décennies des grandes fouilles, auxquelles Gilliéron était lié si directement ? Peut-il dater des tout débuts du XXe siècle ? La coïncidence voulut que Gilliéron se trouva alors littéralement « sous le même toit » avec un membre de la famille Baedeker : entre 1901 et 1907 il louait le premier étage de sa demeure, 43 rue Skoufa, aux bureaux de l’Institut Autrichien d’Archéologie (ÖAI). L’architecte de l’Institut fut alors Wilhelm Wilberg (1872-1956), dont la grand-mère paternelle était une Baedeker ; son père Karl Wilberg, consul de l’Allemagne à Athènes, entretenait dès 1857 une maison d’édition et librairie internationale aux alentours de la place Syntagma (8 rue Panepistimiou). Dès 1872 Habbo Gerhard Lolling fut l’instituteur privé de ses fils ; le même archéologue qui fut chargé dès 1877 par la famille Baedeker d’écrire le volume sur la Grèce, dont la première édition apparut en 1883 (Schauer 2020, 501 n. 7 et 505-505). La proximité à Wilberg aurait-elle incité Gilliéron à animer son tableau avec le détail du livret rouge ? Ou captive-t-il simplement une image de son quotidien vécu sur l’Acropole ?

Le tableau de Gilliéron resurgit à un moment où il est plus que jamais actuel. A l’époque des grandes fouilles, l’ouverture graduelle des sites au tourisme international redevenait un enjeu principal. Plus d’un siècle après, l’Acropole reste un monument phare pour le public mondial ; l’afflux des visiteurs crée des besoins urgents de gestion du site, comme du flux des visiteurs. Le calme et le silence de l’ambiance captivée par Gilliéron contraste avec les images de congestion des foules devenues courantes aux débuts du nouveau millénaire, avant la halte imposée provisoirement par la crise sanitaire.

Christina Mitsopoulou, Programme Archives Gilliéron EFA, Projet CollEx-Persée 2021/2022

Bibliographie sommaire

Beulé 1853
Ch. E. Beulé, L’Acropole d’Athènes, I (Paris, Firmin Didot) 1853 (lien)

Bruce 2010
D. M. Bruce, Baedeker. The perceived ‘inventor’ of the formal guidebook – a bible for the 19th century, 2010 (lien)

Maurer 1835
L. von Maurer, Das griechische Volk in öffentlicher, kirchlicher und privatrechtlicher Beziehung vor und nach dem Freiheitskampfe bis zum 31. Juli 1834, Band II. Heidelberg: Akad. Buchhandlung Mohr, 1835. (lien).

Mertens 2019
J. R. Mertens and L. Conte, Watercolors of the Acropolis: Émile Gilliéron in Athens: The Metropolitan Museum of Art Bulletin, vol. 76, no. 4, New York, 2019 (lien)

Mitsopoulou 2021
Chr. Mitsopoulou, « L’atelier des Gilliéron : une fabrique de l’imagerie nationale grecque », in J.-L. Martinez (éd), Paris – Athènes. La naissance de la Grèce moderne 1675–1919, Musée du Louvre, Paris, 2021, p. 262-289.

Kavvadias et Kawereau 1906
P. Kavvadias und G. Kawerau, Die Ausgrabung der Akropolis von Jahre 1885 bis zum Jahre 1890, Athen, 1906 (lien)

Perrot 1912
G. Perrot, « Les restaurations des architectes pensionnaires de l’Académie de France à Rome et le palais de Dioclétien à Spalato (premier article) », Journal des savants 10, 1912, p. 433-444 (lien)

Schauer 2020
Chr. Schauer, “Akteure und Schicksale. Addenda zur frühen Geschichte der Zweigstelle Athen des ÖAI”, in OeAT 17, Salzburg, 2020, 501–511 (lien)

Stiatsna 2016
Blanka Stiastna, La Grèce moderne dans les Guides-Joanne et les Guides Bleus (1861-1959), Paris, 2016

Wolters 1925
Paul Wolters, ‘Vorwort’, in DieantikenVasenvonderAkropoliszuAthen, ed. Botho Graef und Ernst Langlotz, vol. I, Berlin, 1925.


Christina Mitsopoulou

Archéologue en Grèce (Univ. de Thessalie). Études en France et en Grèce. Archéologie grecque (archéologie des cultes antiques, céramique, petits objets; histoire de l'Archéologie; impostures. Tourisme culturel). Chercheuse en Résidence à l'École française d'Athènes (EFA), CollEx-Persée 2021/2022.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search