Le fonds Serge et Vadime Elisseeff de l’EFEO (1/5)

Entre juillet et septembre 2021, l’EFEO a reçu cinq stagiaires, qui ont pris en charge le récolement du Fonds Serge et Vadime Elisseeff. Ces archives, entrées par don il y a plusieurs années, feront l’objet d’un traitement archivistique complet en 2022. L’inventaire détaillé, qui marque la première étape du signalement de ce fonds, est le résultat d’un travail gigantesque. La bibliothèque de l’EFEO tient à remercier très chaleureusement ces cinq jeunes collègues pour leur ténacité !

Pour permettre au public de mieux connaitre ces archives et leurs producteurs, Line Langlois-Deschamps, Ambre Genevois, Alexis Marcovitch, Yukari Laurent et Long Sha présenteront chacun à leur tour, dans une série de cinq billets, un aspect spécifique de ce fonds.

Le premier article est écrit par Line Langlois-Deschamps, titulaire d’un Master 2 Histoire de l’Art de l’Extrême-Orient (Lettres Sorbonne Université) dont les recherches portent sur l’iconographie des spectacles de rue (misemono) et du cirque occidental dans les estampes japonaises..


La soixantaine de cartons du fonds Elisseeff promettait de très intéressantes découvertes. C’était sans compter les quelques trente-sept cartons retrouvés au fur et à mesure des recherches, montant le fonds à tout juste un peu moins de cent cartons. Quatre-vingt dix-sept cartons composent ainsi le fonds d’archives de Serge et Vadime Elisséeff conservé à l’École Française d’Extrême-Orient (EFEO). Et c’est au bout de trois bons mois, de juillet à septembre 2021, qu’une équipe de cinq stagiaires est venue à bout du récolement de ce conséquent dépôt.

Après la mise en place d’une méthodologie commune, les premiers cartons sont ouverts, marquant le début des découvertes sur les deux éminents chercheurs que sont Serge et Vadime Elisséeff. Né en 1889 à Saint-Pétersbourg en Russie, Serge Elisséeff est un chercheur sinisant et japonisant polyglotte. Il parle en effet en plus de sa langue maternelle, le français, l’allemand, l’anglais qu’il a appris pendant sa jeunesse, et le chinois et le japonais qu’il étudie au cours de ses années universitaires. Quelques années après la révolution bolchevique, il part s’installer à Paris avec sa femme Vera. Au cours de sa carrière, il travaille au musée Guimet, donne des cours à l’École du Louvre et à l’Institut des langues orientales (nouvellement INALCO). Il est nommé directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Études (EPHE) en 1933 et, l’année suivante, obtient un poste de professeur de langues orientales à Harvard, où il y enseigne le japonais, le chinois mais aussi le coréen et le mongol. Il se spécialise notamment dans les religions asiatiques comme le bouddhisme et le shintô. Vadime son fils, partage son intérêt pour les cultures et religions asiatiques et suit ses traces. Né en 1918 à Saint-Pétersbourg, il apprend le chinois et le japonais à l’instar de son père et commence à travailler au musée Cernuschi, à l’époque sous la direction de René Grousset. Il donne également des cours d’archéologie sur les arts de la Chine et du Japon à l’École du Louvre, puis s’envole pour le Japon afin d’y exercer sa fonction de directeur de la Maison franco-japonaise de Tôkyô et de l’Institut franco-japonais de Kyôto. Suite au décès de René Grousset il devient directeur du musée Cernuschi en 1952. Comme son père, il enseigne aux Langues’O (INALCO) et à l’EPHE puis devient directeur du musée Guimet en 1982. Serge Elisséeff meurt en 1975 à Paris et son fils Vadime en 2002, laissant derrière eux de nombreuses recherches contenues dans toutes sortes de livres, carnets, classeurs, correspondances etc.

Le Grand salon de l’EFEO et les 97 cartons du fonds Elisseeff.

La mission du récolement de ce gigantesque fonds d’archives est confiée à cinq stagiaires de l’EFEO qui doivent se répartir les 97 cartons. Chacun devra remplir son propre tableau et y entrer les provenances, les sujets, les typologies trouvées et les dates pour chaque carton auquel un code provisoire aura été donné préalablement. Pas question pour le moment de rassembler les typologies communes des différents cartons tant la tâche est déjà difficile. Une fois un carton fini, le contenu est placé dans un autre carton, sur lequel sera indiqué le code provisoire. Commencé en juillet, le récolement prend fin au cours des derniers jours de septembre 2021.

Cartons identifiés et étiquetés, contenant les documents après récolement.

Les cartons révèlent au fil des jours et des semaines une multitude de typologies diverses et variées allant de centaines de lettres, cartes de vœux et photographies, à des classeurs de recherches, des notes de cours donnés ou pris, des feuilles de brouillons et calques en passant par des livres,  des scalogrammes, et autres objets insolites que nous vous invitons à découvrir prochainement. Une dizaine de cartons de correspondance composent le fonds d’archives Elisséeff, et nous emmène dans l’intimité des deux éminents chercheurs. Parfois les lettres s’avèrent difficiles à comprendre puisqu’une partie de la correspondance est écrite dans d’autres langues. De très basiques connaissances en russe, et le repérage de courtes formules comme « Mon cher … » ou « Ma chère … » nous permettent d’identifier de longs échanges de lettres entre Serge et Vera Elisséeff, l’un donnant des cours à Harvard et l’autre résidant à Saint-Jean de Luz. 

Nombreux sont les documents relatifs aux publications des deux chercheurs. En plus des brouillons retrouvés sur les divers articles et livres préparés au cours de leur carrière, des échanges professionnels entre auteur et éditeur sont également remis au jour. Ainsi est-il possible de découvrir accompagnant quelques manuscrits dactylographiés annotés, une correspondance entre Serge Elisséeff et le secrétaire de rédaction chez Larousse, ce dernier lui communiquant les consignes de mise en page, les rappels de délais et autres détails pratiques concernant sa participation à un article sur la mythologie japonais. Maintes préparations à des actes de colloques internationaux sont également retrouvés, montrant l’intense activité du chercheur au sein de la communauté scientifique. On laisse même échapper un soupir d’admiration à la lecture d’une invitation à dîner du président de la République de l’époque, destinée à Serge et Vera Elisséeff.

Petit moment attendrissant lorsqu’au détour d’un carton, l’on tombe sur les vieux carnets de notes et contrôles des années collège de Vadime, qui ne semble pas très inspiré par un essai sur Tom Pouce  rédigé en anglais. Quelques lettres et feuilles volantes indiquent un certain intérêt porté par Vadime pour le théâtre. Il aurait en effet fait partie d’un club de théâtre antique à la Sorbonne. Quelques lettres de Nikita Elisséeff, à destination de Vadime et de leurs parents se sont glissées dans le fonds, témoignant du lien profond qu’entretenaient les membres de la famille malgré les distances. Certaines trouvailles sont particulièrement émouvantes, comme la lettre que Vadime écrit pendant son service militaire à ses parents qui ne doivent l’ouvrir que s’ils apprennent la mort de leur fils.

Une rédaction de Vadime Elisseeff sur Tom pouce.

La découverte des notes de cours de japonais de Vadime, prises sur les bancs des  Langues’O, est d’autant plus amusante que quelques cartons plus loin, ce sont ses propres notes en tant qu’enseignant à l’université que l’on va retrouver. Sont remis au jour des dossiers préparant plusieurs expositions sur les arts asiatiques, notamment sur les bronzes chinois qui passionnaient tant à la fois Serge et Vadime. Scalogrammes, feuilles de brouillon volantes et feuilles de calque les composent, mais leur compréhension est souvent difficile.

Les nombreux scalogrammes retrouvés dans le fonds feront l’objet d’un article ultérieur.

Enfin, le fonds recèle aussi quelques objets collectés au fil des années pour le plaisir personnel des deux chercheurs, et qui à leur sortie des cartons interrogent. Peu d’objets et documents sont finalement retrouvés en mauvais état. Au travers des différents documents abordés, ce fonds d’archives retrace ainsi divers aspects des vies professionnelles et privées de Serge et Vadime Elisséeff, éminents chercheurs dans les études historiques, artistiques et archéologiques de l’Extrême-Orient.

Line Langlois Deschamps

Prochain article le 25 octobre : “Insolites Elisseeff” par Ambre Genevois.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search