Insolites Elisseeff (2/5)

Entre juillet et septembre 2021, l’EFEO a reçu cinq stagiaires, qui ont pris en charge le récolement du Fonds Serge et Vadime Elisseeff. Ces archives, entrées par don il y a plusieurs années, feront l’objet d’un traitement archivistique complet en 2022. L’inventaire détaillé, qui marque la première étape du signalement de ce fonds, est le résultat d’un travail gigantesque. La bibliothèque de l’EFEO tient à remercier très chaleureusement ces cinq jeunes collègues pour leur ténacité !

Pour permettre au public de mieux connaitre ces archives et leurs producteurs, Line Langlois-Deschamps, Ambre Genevois, Alexis Marcovitch, Yukari Laurent et Long Sha présenteront chacun à leur tour, dans une série de cinq billets, un aspect spécifique de ce fonds.

Ce deuxième article est écrit par Ambre Genevois. Diplômée de l’Ecole du Louvre, elle poursuit ses recherches à Sorbonne Université sur le devenir des collections d’art asiatique en France pendant la Seconde Guerre mondiale.


Matériels scientifiques, notes de recherches, supports de cours, projets de publications, documents administratifs et correspondances de deux vies entières composent majoritairement le fonds d’archives Elisseeff de l’Ecole Française d’Extrême-Orient. Les 94 cartons initiaux ont également révélé leur lot de détails insolites et pimenté ainsi un récolement de deux mois et demi et le travail consciencieux des cinq personnes chargées de cette mission. Si entrer dans l’intimité des deux scientifiques de renom que sont Serge (1889-1975) et Vadime (1918-2002) Elisseeff constitue en soi une expérience à part entière, les cahiers d’école, collections de timbres, dessins, griffonnages et souvenirs de voyage permettent également d’entretenir la mémoire des hommes qu’ils ont été. Entre objets d’art, travaux inédits, inventions vintages et témoignages historiques, notre regard rétrospectif s’intéresse à ces curieuses archives.

Covid-69

Russe, français, anglais, allemand, chinois, coréen, japonais, mongol, tchèque, suédois, néerlandais, espagnol, italien, arménien… Les documents du fonds sollicitent une quinzaine de langues différentes que père et fils maitrisent pour la plupart. Le russe, langue maternelle utilisée en particulier par Serge Elisseeff, se retrouve principalement dans la correspondance familiale, même si le français reste la langue principale du fonds puisqu’il s’impose quotidiennement notamment à Vadime Elisseeff, domicilié à Paris. L’anglais se fait également courant, dans les échanges privés comme dans les archives scientifiques, tant pour Serge, professeur à Harvard University, que pour Vadime qui officie entre autre à l’Unesco. Le japonais, et le chinois dans une moindre mesure, demeurent enfin omniprésents dans les archives de ces deux éminents orientalistes. Du fait de cet apprentissage linguistique permanent, les notes de vocabulaire et de traduction occupent une part significative des documents qui ont pu être traités. Au détour d’un tout petit carnet inscrit en 1969, selon une typologie devenue au fil du récolement caractéristique de Serge Elisseeff, une liste de termes médicaux français sonne ainsi aujourd’hui comme une étrange et troublante prophétie : les mots « électrocardiogramme », « métabolisme glucidique » et « hypercholestérolémie » partagent la page avec le désormais célèbre… « coronavirus » ! Si l’anticipation qu’il nous est donnée de voir ici relève bien sûr d’une surinterprétation biaisée par la pandémie actuelle, la mention reste pour le moins remarquable, le premier coronavirus infectant l’humain n’ayant été découvert qu’en 1965.

Scalogrammes, pic et pic et colégram

Reconnus dans de nombreux domaines, les Elisseeff sont en effet considérés comme des scientifiques tout à fait complets. A travers le travail de toute une vie, Vadime Elisseeff construit notamment une application des sciences mathématiques – puis informatiques – au service des sciences sociales et de l’histoire de l’art. Le scalogramme, typologie très répandue dans le fonds d’archives propre à Vadime Elisseeff, pourrait ressembler, pour un œil non initié, à quelque jeu de crayon pendant une prise de note rébarbative, ou encore à une grille de mots croisés. Il s’agit bien d’ailleurs de croiser des données typologiques, stylistiques et iconographiques pour en dégager une évolution selon un calcul statistique, une « mise en ordre automatique d’un matériel archéologique » appliquée dans ce cas précis aux bronzes archaïques chinois. Inspirée des travaux de Bernhard Karlgren (1889-1978) et Tch’en Mong Kia, la méthode se voit perfectionnée par Vadime Elisseeff à qui les mathématiques ne semblent jamais faire défaut au cours de sa scolarité pourtant parfois mouvementée comme l’attestent les bulletins d’école trouvés dans le versement. Présents dans les archives scientifiques Elisseeff dès les années 1950, les scalogrammes parsèment véritablement les dossiers à partir de 1965, date à laquelle ces recherches se concrétisent dans les notes de cours de Vadime Elisseeff, enseignant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), et au sein de l’article « Possibilités du scalogramme dans l’étude des bronzes chinois archaïques » qu’il publie dans la revue Mathématiques et sciences humaines.

Et la lumière fut

L’aspect scientifique de ces chercheurs tout aussi bien littéraires se retrouve encore dans l’écrin d’une boite en plastique au couvercle rugueux, d’un blanc passé, qui s’ouvre sur un appareil des plus mystérieux. L’objet, à deux composantes, est constitué de ce qui semble s’apparenter à un interrupteur en plastique noir équipé d’une lentille, branché par un fil à un boitier aux multiples réglages chiffrés correspondant à autant de cadrans mobiles. Après la formulation de théories toutes aussi fantaisistes les unes que les autres – tensiomètre, multimètre ou même matériel de téléphonie – l’énigme se dénoue : il s’agit d’un posemètre, accessoire de photographie. L’appareil calcule les conditions d’exposition nécessaires (temps de pose, ouverture du diaphragme…) à une prise de vue optimale en fonction de la luminosité du sujet. Le Gossen Microsix-L, comme le prénomme son emballage, posemètre de laboratoire fabriqué en Allemagne de l’Ouest (1949-1990), se trouve même dédié à la photomicrographie et particulièrement à la photographie des éléments observés au microscope électronique Leitz Wetzlar. Notons cependant que les photographies et négatifs qui ponctuent le fonds Elisseeff ne semblent pas faire appel à une telle technologie puisqu’il s’agit majoritairement de clichés de fouilles ou d’objets d’art, puis, dans une moindre mesure, de tirages alimentant la correspondance familiale, ou de supports professionnels comme l’importante série consacrée à la sauvegarde du patrimoine cambodgien pendant la guerre civile locale (1967-1975).

Un 45 tours à la mer

La correspondance fournie du fonds d’archives Elisseeff conservé par l’EFEO renferme également son lot de surprises. Perdue dans les échanges de lettres, les courriers officiels, les invitations, faire-part et cartes de vœux, une typologie particulière interpelle : le phonoscope. Ancêtre du partage numérique de contenu musical ou encore des traditionnelles cartes d’anniversaire musicales qui fredonnent leur comptine une fois ouvertes, cette carte postale sonore ne dévoile sa mélodie que lorsque l’aiguille du tourne-disque révèle le 33 ou le 45 tours qu’elle dissimule sous son illustration. Si ces curieux objets déjà marginaux lors de leur mise en circulation dans les années 1960 tombent rapidement dans l’oubli, pas moins de quatre exemplaires figurent dans le versement Elisseeff. Une des cartes, à destination de Vadime, représentant l’estampe « Kajikazawa dans la province de Kai » de la série des Trente-six vues du Mont Fuji par Hokusai, immortalise en japonais le passage à l’année 1959. Elle convoque l’air tout aussi fameux Haru no umi (La mer au printemps), pièce pour koto et shakuhachi composée par le japonais Michio Miyagi en 1929 et désormais associée aux fêtes de fin d’année. Entre dialogue de marionnettes russes et grandioses musiques viennoises que renferment les autres cartes, chez les Elisseeff, le phonographe lit le courrier…


Enregistrement réalisé pendant le récolement des fonds, en 2021, à partir du phonoscope reçu par Vadime Elisseeff : le Haru no umi, de Michio Miyagi.

Procès-verbal d’une découverte

Vendredi, 17 heures, un nouveau carton du fonds Elisseeff, un des derniers, est sélectionné pour le récolement de la semaine suivante. Le carton choisi se révèle anormalement léger et, la curiosité ne pouvant rester inassouvie le temps d’un week-end qui paraitrait alors interminable, il se trouve d’un seul coup ouvert prématurément.  Quelques lettres, cartes postales, courriers officiels à destination de Serge et Vadime Elisseeff, puis on soulève le couvercle d’une boite en carton, on retire le papier bulle qui maintient toujours son contenu à l’abri des regards et de la lumière… jusqu’à dévoiler ce qui apparait d’abord comme un fabuleux grimoire ancien. Parchemins en latin et manuscrits à la graphie d’un autre temps qui constituent l’ouvrage, renforcent encore l’impression d’une remarquable découverte empreinte d’un excitant mystère. Reconnaissance de dette de 1671, inventaire de succession de 1738, reçus d’honoraires du floréal de l’an XIII ou du thermidor de l’an XII, documents de la conservation des hypothèques… Les actes notariés divers se succèdent, de 1542 à 1815 environ, comme autant de morceaux de vie solennels qui ont fait l’histoire et le destin de tout un chacun. Reconditionné, l’album est placé hors d’atteinte des ravages du temps : un vestige parmi les archives.

C’est ainsi que les merveilles du fonds Elisseeff ont régulièrement ponctué un récolement déjà hors du commun du fait de l’éminence des producteurs et par conséquence de l’importance intellectuelle du contenu scientifique. Evoquons encore les impressionnants estampages et les calligraphies oniriques, l’amusant dessin érotique japonais sur tissu dissimulé dans un écrin de pudeur, ou l’inédit manuscrit probablement non publié de l’acteur japonais Sessue Hayakawa (1889-1973) qui écrit L’aigle de Mandchourie en 1925. La recherche peut désormais prendre pour sujet les Elisseeff eux-mêmes.

Ambre GENEVOIS

Prochain article le 8 novembre: “Les scalogrammes de Vadime Elisséeff” par Alexis Marcovitch.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search