Les scalogrammes de Vadime Elisséeff (3/5)


Étude de lames d’épées et de lances anciennes par l’utilisation du scalogramme, probablement réalisée dans les années 1960.

Entre juillet et septembre 2021, l’EFEO a reçu cinq stagiaires, qui ont pris en charge le récolement du Fonds Serge et Vadime Elisseeff. Ces archives, entrées par don il y a plusieurs années, feront l’objet d’un traitement archivistique complet en 2022. L’inventaire détaillé, qui marque la première étape du signalement de ce fonds, est le résultat d’un travail gigantesque.

La bibliothèque de l’EFEO tient à remercier très chaleureusement ces cinq jeunes collègues pour leur ténacité !Pour permettre au public de mieux connaitre ces archives et leurs producteurs, Line Langlois-Deschamps, Ambre Genevois, Alexis Markovitch, Yukari Laurent et Long Sha présenteront chacun à leur tour, dans une série de cinq billets, un aspect spécifique de ce fonds.

Ce troisième article est écrit par Alexis Markovitch. Étudiant en master d’histoire à l’EHESS et en japonais à l’Inalco, Alexis travaille sur les évolutions de la cuisine et des pratiques culinaires au Japon durant le début de l’époque moderne, et plus particulièrement à l’ère Meiji (1868-1912). Il étudie notamment des livres de recettes publiés entre 1870 et 1912.


Une des caractéristiques frappantes du fonds légué par Serge et Vadime Elisséeff est la quantité impressionnante de feuilles de brouillon où sont dessinés des scalogrammes. Le scalogramme – aussi appelé échelle de Guttman – est à l’origine un outil mathématique prenant la forme d’une représentation graphique d’une série statistique. Développé par le statisticien et sociologue Louis Guttman (1916 – 1987) en 1944, il fut utilisé dans différentes branches des sciences humaines et sociales. Cependant, ce fut Vadime Elisséeff qui eut l’idée d’utiliser le scalogramme pour perfectionner les datations des bronzes chinois anciens.

            Dans les années 1930, le linguiste et sinologue suédois Bernhard Karlgren (1889-1978) établit une première chronologie se basant sur des critères stylistiques et épigraphiques par l’utilisation de comparaisons statistiques afin de classer les bronzes chinois. Dans les années 1940, c’est le professeur Tch’en Mong Kia qui emprunte à son tour d’autres méthodes mathématiques et statistiques pour perfectionner la chronologie de son prédécesseur. Puis, ce fut au tour de Vadime Elisséeff de mettre à jour les recherches sur le sujet en utilisant ce nouvel outil mathématique qu’est le scalogramme.

            Passionné de mathématiques, il s’intéressa de près aux utilisations des statistiques dans l’archéologie et à leur application pour étudier les évolutions des bronzes chinois. Étant donné que la plupart des scalogrammes dessinés par Vadime Elisséeff ne sont pas datés, il est difficile de savoir à partir de quand il s’est véritablement intéressé à ce sujet. Toutefois, nous avons remarqué qu’ils étaient rangés pour la plupart avec des documents datés pour les plus anciens d’entre eux des années 1950, soit très peu de temps après son invention par le professeur Guttman. Les recherches de Vadime Elisséeff aboutirent à un article publié en 1965 dans la revue Mathématiques et sciences humaines intitulé « Possibilités du scalogramme dans l’étude des bronzes chinois archaïques » où il appelle d’ailleurs les mathématiciens et statisticiens à un dialogue ouvert avec les archéologues.

            Le fonds contient également plusieurs scripts dactylographiés attestant de l’élaboration d’un logiciel informatique dont les objectifs étaient non seulement de diffuser l’utilisation du scalogramme comme outil mathématique pour l’archéologie, mais aussi de le rendre plus facile et intuitif pour ceux qui souhaitaient s’en servir. Rangées avec des documents des années 1970, ces feuilles de code témoignent d’un profond engagement du chercheur qu’était Vadime Elisséeff dans l’utilisation de cet outil statistique et de sa volonté d’en faire un outil pédagogique.

Dans son article de 10 pages, Vadime Elisséeff explique clairement la méthode pour construire un scalogramme et interpréter les données qui en ressortent. Composée de 9 étapes plus ou moins complexes, cette méthode permet de comparer les bronzes chinois entre eux et ainsi d’établir des liens en se basant sur leurs caractéristiques objectives et esthétiques. L’opération consiste à créer une liste de ces différentes caractéristiques et pour chaque objet concerné de dire si oui ou non il les possède. Ces données sont ensuite répertoriées dans une succession de tableaux qui permettent d’obtenir en données chiffrées les similarités entre les différents éléments de l’échantillon. Ce travail permit de mettre en place non seulement une datation plus précise, mais aussi de mettre en évidence les évolutions stylistiques des objets archéologiques dans le temps.

Exemple de scalogrammes utilisés avec le logiciel, probablement réalisés dans les années 1970.

            Grace à l’utilisation du scalogramme, Vadime Elisséeff a pu mettre en place une datation des bronzes chinois anciens qui est aujourd’hui considérée comme acquise. Toutefois, la technique du scalogramme ne semble plus être utilisée. Ainsi, si le résultat des recherches de Vadime Elisséeff est à l’origine d’un acquis scientifique, le processus utilisé a quant à lui été oublié, ou du moins n’est plus mis en pratique.

            Par conséquent, nous pourrions nous demander pourquoi cette méthode fut laissée de côté. Il semblerait que ce soit tout d’abord lié à sa complexité. En effet, même si les 9 étapes décrites dans l’article de 1965 sont très claires et expliquées avec une grande pédagogie, elles sont longues et laborieuses. D’autre part, il faut noter que la mobilisation de nombreuses connaissances pluridisciplinaires s’impose à la fois en mathématiques, en statistiques et en archéologie. Bien que la tentative de simplifier l’utilisation du scalogramme par la mise en place d’un logiciel informatique fut sans doute pensée afin de faire face à ces problèmes, d’autres procédés plus simples ou plus performants ont dû être développés en parallèle ou peu de temps après, ce qui pourrait expliquer l’abandon progressif de la pratique des scalogrammes.

Exemple des lignes de code dactylographiées et de photographies pour la mise en place d’un logiciel informatique permettant de créer des scalogrammes.

            Quoiqu’il en soit, le scalogramme reste un outil passionnant pour ceux qui s’intéressent à l’application des mathématiques dans les sciences sociales. Ses utilisations comme ses améliorations successives qui firent l’objet de nombreuses recherches et passions, permirent d’établir les bases de connaissances indispensables à l’évolution du savoir scientifique dans différentes disciplines. Le fonds d’archives légué par la famille Elisséeff et conservé à l’EFEO l’illustre très bien et permet de rendre compte de l’importance de cet outil dans les recherches archéologiques de la seconde moitié du XXe siècle.

Alexis MARKOVITCH

Prochain article le 29 novembre : “Serge Elisseeff, le japonologue qui voulait devenir un Edokko” par Yukari LAURENT.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search