Les archives administratives et scientifiques de l’École française d’Extrême-Orient

L’EFEO, à Hanoi, au début des années 1950. A gauche, le bâtiment de la bibliothèque.

Entre Septembre 2020 et Août 2021, l’EFEO a accueilli Camilla Masullo, apprentie-archiviste, dans le cadre du Master Archives de l’Université Paris 8. Au terme d’une année très dense, le fonds dit des « Archives administratives et scientifiques » a pu être entièrement inventorié, reclassé et reconditionné. Anne Rohfritsch, chargée d’études documentaires aux Archives Nationales et ancienne responsable des Archives de l’EFA, a encadré le mémoire et le travail quotidien de Camilla Masullo. Merci à elles deux pour leur engagement ! L’instrument de recherche est disponible sur le site des archives de l’EFEO.


Rapatrié en plusieurs fois entre 1956 et 1957 par voie maritime dans des caisses contenant les collections de la bibliothèque et des objets archéologiques, le fonds des Archives administratives et scientifiques de l’EFEO – identifié par l’acronyme AAS – a été traité cette année : son inventaire est aujourd’hui disponible en ligne sur le site des archives de l’EFEO.

Le fonds reflète l’évolution et le fonctionnement de l’établissement ainsi que ses activités scientifiques, depuis sa fondation par arrêté du Gouverneur général de l’Indochine, Paul Doumer, du 15 décembre 1898. Il contient notamment les archives de la direction concernant la gestion et l’organisation de l’EFEO pendant les périodes indochinoise et parisienne (statuts, réglementation, gestion comptable, du personnel, des immeubles, etc.). Il comprend aussi les archives scientifiques produites par le service archéologique et par le service ethnologique et linguistique (études, rapports d’activités, ouvrages, plans, etc.). Différents traitements archivistiques ont été assurés par des non professionnels entre les années 1990 et 2000, mais des parties du fonds continuait de se présenter sous la forme de vracs documentaires ou étaient décrits de manière erronée : les instruments de recherche précédents, en effet, étaient à la fois lacunaires et parfois inexacts, avec un décalage entre les descriptions et le contenu réel des archives. Ils proposaient une cotation ambiguë. En dernière analyse, la consultation du fonds était complexe, tant pour le personnel de la bibliothèque de l’EFEO que pour le public de chercheurs. Un nouveau plan de classement et de nouvelles descriptions archivistiques étaient donc nécessaires pour restituer de la meilleure façon possible ce fonds au public et à son producteur.

La toute première étape du travail a consisté dans le récolement des 40 mètres linéaires du fonds. Après cette vérification du contenu des cartons, dossiers et chemises, un mois entier a été consacré à la rédaction d’un plan de classement. Les archives produites jusqu’au départ du Vietnam de l’EFEO se distinguaient car elles étaient regroupées dans des chemises anciennes avec un identifiant (lettre et numéro) de classement. Ce classement méthodique des archives de l’EFEO s’appuie sur la nature et l’origine des documents. Il avait été promulgué par décision du directeur en 1929 et assuré par un secrétaire désigné par le directeur de l’École. Cette procédure de classement a permis de comprendre l’organisation préexistante des archives : l’ossature de l’instrument de recherche d’aujourd’hui reprend ce schéma et présente les archives selon l’ordre donné par le producteur lui-même. Lorsqu’il n’a pas été possible de respecter ce premier classement et d’identifier le producteur des documents, nous avons procédé en classant par ordre chronologique, alphabétique ou géographique sur la base de la typologie des documents et de l’objet traité. Les archives produites pendant la phase parisienne avaient été regroupées de manière moins méthodique.  Le plan de classement, qui sert à ordonner à la fois de manière intellectuelle et physique les composants du fonds selon une logique thématique, distingue désormais dix sous-fonds qui reflètent les grandes activités de l’EFEO.

Décret de fondation de l’EFEO, recopié dans les registres des Archives.

Le premier sous-fonds concerne la réglementation applicable à l’EFEO – statuts, instances et traités -, le dernier est la partie dédiée au réseau des musées et dépôts de l’École. La première partie est fondamentale pour comprendre les différents évolutions de statuts de l’École ainsi que les bouleversements qu’elle connaît avec la fin de la guerre d’indépendance du Vietnam. Le fonctionnement de l’ancien siège de l’EFEO à Hanoi ainsi que son déménagement en France, la création des centres en Asie sont illustrées par les dossiers portant sur les centres et immeubles. La vie des centres de Djakarta, Hanoi, Phnom Penh, Saigon, Siem Reap, Vientiane et celle l’immeuble de l’avenue du Président Wilson de Paris occupent une place importante dans le sous-fonds dédié à l’administration générale et à la comptabilité de l’École. Dans ce fonds, on trouve aussi des rapports d’activité de l’EFEO depuis 1901.

Les archives produites par les services scientifiques de l’EFEO, notamment sur l’archéologie, l’ethnologie et la linguistique, occupent deux sous-fonds : on y trouve les dossiers portant sur les monuments des pays asiatiques, les études des populations de l’Indochine ainsi que des études sur la romanisation des langues et dialectes locaux.

Seules les archives produites par le service archéologique offrent, en plus, une partie administrative concernant, par exemple, l’organisation des fouilles et les échanges d’objets d’art. Le fonds sur la bibliothèque regroupe surtout la correspondance produite par le conservateur de la bibliothèque sur les échanges d’ouvrages entre l’EFEO et les institutions françaises et étrangères. Enfin, les archives concernant le réseau des musées de l’EFEO au Vietnam, au Laos et au Cambodge retracent leur histoire depuis leur création jusqu’à l’organisation des expositions.

Afin d’assurer la meilleure conservation possible de ces archives, celles-ci ont été conditionnées dans des boîtes et chemises neutres qui ont remplacé les anciennes unités de conservation inadaptées. Pour certaines pièces – telles que les registres de correspondance et les certificats de classements des objets d’art – des boîtes sur mesure ont été créées par la responsable de la conservation de la bibliothèque de l’EFEO.  

Ce travail a permis de retrouver une partie de la mémoire de l’École française d’Extrême-Orient qui nous transporte au XIXe siècle, en Asie et, après les accords quadripartites, nous ramène en France avec la phase parisienne de l’École. Ces archives sont révélatrices du fonctionnement de l’Union française, de l’administration des colonies et des missions et activités tant du Ministère des Colonies que du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Ce fonds, pour conclure, ne concerne pas seulement l’histoire de l’EFEO et de la France mais, plus largement, aussi l’Indochine parce qu’il permet aujourd’hui d’étudier les monuments, les fouilles, l’histoire et les pratiques culturelles des anciennes populations indochinoises. 

Camilla MASULLO


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search