Inventaire et conservation-restauration d’un ensemble de tirages photographiques du fonds E. Gilliéron et Fils à l’École française d’Athènes

L’ensemble des tirages photographiques des fonds d’archives « Emile Gilliéron et Fils ».

Le fonds d’archives et les collections de l’atelier de la famille Gilliéron ont fait l’objet d’un don à l’École française d’Athènes (EFA) en 2015. Un programme de recherche lui est consacré depuis 2017, portant sur l’histoire de l’archéologie et la formation de la réception de l’antiquité grecque à travers les découvertes archéologiques sur trois générations.

Outre une valeur artistique, ces archives, et en particulier les tirages photographiques, possèdent une importance historique car elles sont reliées à des moments significatifs de l’archéologie moderne. Elles apportent également des informations fondamentales sur la restauration et conservation de ces monuments et sites archéologiques et documentent des objets de fouille uniques.

Réception des tirages

Cet ensemble, qui compte presque 900 tirages photographiques ainsi que deux albums rassemblant environ 100 tirages datant du 19e au début du 20e siècle, avait été partiellement classé et nécessitait des actions urgentes de conservation et restauration préventive. De plus, les conditions de stockage temporaires dans les réserves de l’EFA ne permettaient pas aux chercheurs un accès facile ni une préservation à long terme.

Méthodologie adoptée

Le travail a consisté en premier lieu en une description et une identification détaillée de chaque pièce, qui doit, dans la mesure du possible, apporter une réponse aux questions suivantes : « Qui ? » « Quoi ? » « Où ? » « Quand ? » « Comment ? »

Suivant ce processus, et en lien avec les normes d’inventaire d’archives internationales telles que l’ISAD(G)[1] et l’ISAAR (CPF)[2], une série de champs à renseigner a été créée, consistant à :

  1. Associer chaque tirage à son dossier ;
  2. Attribuer un numéro d’identification unique pour chaque tirage ;
  3. Renseigner dans la mesure du possible le contenu et le contexte de l’image ;
  4. Identifier l’auteur de la photographie ou l’atelier de développement ;
  5. Proposer une date pour chaque photographie ;
  6. Déterminer les techniques utilisées : support, procédé, format et état matériel ;
  7. Préciser les dimensions de chaque tirage ;
  8. Contextualiser les circonstances de création du document : mention des notes, marques significatives et autres.

En outre, il a été impératif d’enregistrer et documenter la dégradation matérielle de chaque pièce afin d’établir un plan global de conservation-restauration des tirages photographiques. Cette tâche a consisté à identifier et à décrire les dommages visibles sur les tirages puis à les classer selon le type et le niveau de dégradation, afin de pouvoir prioriser les interventions.

En parallèle, des restaurations d’urgence ont été effectuées sur les documents les plus endommagés ou à haut risque, en vue de les stabiliser et de pouvoir les manipuler ensuite sans problème.

Enfin, dans le cadre de ce travail, une recherche sur le type de conditionnement a été menée, afin de choisir le mieux adapté à l’ensemble des tirages photographiques et de faciliter leur accès et leur consultation par les chercheurs.

Ce travail a pu être réalisé avec le soutien financier de l’Office de Culture Suisse (OFC), dans le cadre du financement du Projet Gilliéron EFA (2019-2022).

Description de l’inventaire des tirages photographiques et principaux résultats

Le logiciel Microsoft Excel a été retenu pour l’inventaire des tirages photographiques. Il permet de créer un tableau pouvant contenir des valeurs numériques ou non, intégrer des formules de calculs, et des macro-commandes en Visual Basic. Son contenu peut être exporté vers des systèmes de gestion de bases de données ou importé dans des applications web en utilisant le format CSV, offrant ainsi une interopérabilité des données.

Le tableur contient les informations suivantes :

1. A /A

Numérotation générale.

2. Code ID

Cote provisoire donnée par l’EFA indiquant une référence de dossier (préfixe FEG puis numéro du dossier), suivie d’un numéro incrémenté correspondant à la pièce, et du suffixe T signifiant « tirage » (ex : FEG_64_03_T).

3. Légende du dossier

Information donnée par l’EFA selon un regroupement provisoire et thématique (ex : « Etudes et restitutions de monuments, statues, fresques et objets archéologiques. Ensembles de photographies concernant les fresques de Cnossos, de Haghia Triada et d’Egypte »).

4. Sujet

Description du thème général du tirage (ex : « Reconstitution de fresque de tauromachie, Cnossos »).

5. Dimensions

Dimensions exactes de chaque tirage (hauteur x longueur en centimètres).

6. Créateur

Nom du photographe ou du studio de développement (ex : N. Lambrinidis qui fut photographe et éditeur de la carte postale à Héraklion, Crète au début du 20e siècle).

7. Studio de développement

Nom et adresse du studio photographique (ex : Studio de photographie des Frères Nikos et Georges Giorgalas qui a été établi au centre d’Athènes, 63 rue Aiolou en 1909).

8. Type de tirage

Tirage positif ou tirage négatif. À signaler que l’ensemble de ce lot est composé de tirages positifs seulement.

9. Procédés de développement

Liste à choisir entre les principaux procédés de développement du 19e et début du 20e siècle. Au cours de l’inventaire nous avons identifié les procédés suivants :

a. Aristotype

Il s’agit d’un des premiers papiers industrialisés et commercialisés en 1867, donnant la possibilité d’imprimer par contact du négatif, une photographie facilement et rapidement. Les supports employés pour ce procédé se composent de trois couches : le papier, une couche imprimée d’une émulsion de sulfate de baryum et un liant organique, et enfin une couche composée d’une émulsion qui contient les sels argentiques suspendus dans le même liant. La caractéristique de ces tirages est que la présence de la couche barytée permet de créer pendant le développement des tonalités blanches très pures en améliorant ainsi la brillance de l’image finale.

Les tirages aristotypes donnent une très bonne définition des contours et présentent des tonalités chaudes, du rouge au brunâtre, selon le type du liant employé dans l’émulsion photosensible.

Fig. 1. Tirage papier aristotype à la gélatine représentant le disque de Phaistos pendant la phase de consolidation de la partie déchirée / EFA, FEG_02_T_053, cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

On distingue selon ce liant les aristotypes au collodion et à la gélatine (Fig. 1 et 2). L’aristotype au collodion s’est développé dès 1867 et fut très populaire jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale. Il est ensuite remplacé par l’aristotype à la gélatine, chimiquement beaucoup plus stable. Cette technique de développement a été courante jusqu’aux années 1940, permettant de créer des images mates ou brillantes avec des dégradés chauds dans les tonalités noires et brunes.

Fig. 2. Tirage papier aristotype au collodion représentant le Sarcophage de Hagia Triada, avec portrait de femme pendant et après consolidation / EFA, T_B_03_007, cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

La technique disparut progressivement au profit d’autres procédés qui permettaient de réduire le temps d’exposition et supprimaient les contraintes de format liées à l’impression par contact.

b. Collotype (1868-1940)

La collotypie ou phototype est un procédé d’impression photo qui a été inventé par le photographe français Alphonse Louis Poitevin (1819-1882) aux alentours de 1856. La particularité de cette technique est qu’elle préserve une grande finesse dans les détails de la gravure qui sert ensuite à l’impression. Ce procédé a été employé longtemps afin d’imprimer des estampes d’art (Fig. 3 a et b).

Fig. 4a et b. Carte postale imprimée à la technique de collotypie, datant de 1928 / EFA, FEG_64_06_T_010, cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

c. Papiers à développement (1880-à nos jours) / tirages argentiques ou sur papier salés

Il s’agit du procédé le plus répandu, qui est basé sur l’application d’une surface photosensible sur un papier. L’émulsion la plus en communément utilisée fut celle des sels d’argent (chlorure ou bromure d’argent ou mélange des deux) en gélatine (Fig. 4).

Fig. 4. Tirage papier à développement représentant le moulage en plâtre du torse de la statue retrouvée à l’Artemision / EFA, FEG_79_01_T_008, cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

Une fois exposé à la lumière le papier enduit de cette émulsion doit être chimiquement développé et insensibilisé à la lumière pour faire apparaître l’image et ensuite la rendre permanente. Les émulsions sensibilisées industrialisées et prêtes à l’emploi facilitent le travail des photographes. Souvent le papier à développement est enduit avec une couche de sulfate de baryum qui offre à l’image finale davantage de brillance et de blancheur.

d. Papiers albuminés (1850-1900)

Le tirage albuminé fut inventé vers 1850 par Louis Désiré Blanquart-Evrard (1802-1872). Il succède au tirage sur papier salé et fut le premier procédé exploité commercialement pour réaliser des tirages de photographies à partir d’un négatif. Ce procédé utilise l’albumine que l’on trouve dans le blanc d’œuf afin de fixer les éléments chimiques photographiques sur le papier. Il devint le principal procédé d’obtention de positifs de 1855 jusqu’au tournant du siècle avec une apogée d’usage entre 1860 et 1890. Durant la deuxième moitié du 19e siècle, la production de cartes de visites en était le principal usage. Ce type de tirage offre des teintes chaudes à l’image finale et se distingue des tirages sur papier salé (gélatino-argentiques) par leur aspect plus lisse, et souvent plus défini. On trouve très souvent ses tirages contrecollés sur carton en raison de la grande finesse du papier qui risquait sans cela de se gondoler ou se déchirer (Fig. 5a et b).

Fig. 5a et b. Tirage papier albuminé représentant une vue du temple d’Isis à Philae, avant et après consolidation / EFA, T_02_01_012, cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

e. Similigravure

Ce procédé apparaît au tournant du 20e siècle. II s’agit une reproduction mécanique des clichés photographiques surtout employés dans la presse quotidienne. Cette technique a transformé profondément les pratiques de l’imprimerie. Elle utilise une trame pour diviser les tonalités photographiques en points. Plus ou moins rapprochés selon la trame utilisée, les points forment un réseau qui traduit les dégradés de la photographie. Cette technique permet d’obtenir une matrice sur cuivre en relief qui peut être associée aux caractères typographiques dans la composition d’une page de journal. Comme les lettres de plomb, les points de l’image peuvent retenir l’encre d’imprimerie traditionnelle.

f. Tirage au charbon (1855-1930)

Le tirage au charbon est une technique d’impression photographique mise au point en 1855 par Alphonse Poitevin. Le procédé est basé sur le durcissement d’une matière organique (gélatine) sous l’action de bichromates et de la lumière. Ceci s’effectue par l’application sur une feuille de papier d’un mélange de gélatine et de pigments en une couche sensibilisée à la lumière par du bichromate de potassium en réalisant ensuite un tirage par contact sous un grand négatif. Après, la couche de gélatine est transférée vers un support et y est dépouillée. Ce dépouillement consiste en l’élimination à l’eau de la gélatine qui n’a pas été durcie. On obtient ainsi sur le support final une couche de gélatine en relief qui comporte toutes les tonalités du négatif, depuis le blanc du papier jusqu’au noir du pigment. Ce type de développement est lent et complexe et nécessite beaucoup de préparation, de travail et de rigueur. De plus, le résultat dépend de la consistance de la gélatine et du support final où l’image est transportée (« papier transport ») et le papier préparé aux pigments et gélatine (« papier tissu »). Le tirage au charbon est un des rares procédés permettant de reproduire tous les détails du négatif dans le tirage final.

Fig. 6. Répartition des types de tirages du fonds E. Gilliéron et Fils

L’inventaire de la collection nous a donné des résultats très intéressants et significatifs en fonction des techniques des tirages employés par l’atelier Gilliéron (Fig. 6). 441 aristotypes (à la gélatine et au collodion), 404 papiers à développement, 122 papiers albuminés et 4 collotypies ont pu être identifiés. En outre, 10 dessins à la mine de plomb ont été repérés.

10. Condition

Évaluation de l’état de préservation du tirage photographique et classement selon la sévérité des dégradations. L’évaluation de la condition des documents est déterminée selon les cinq types suivants :

a. Excellente condition

La condition du tirage est stable et bonne et ne nécessite aucune action.

b. Condition stable – dégradation naturelle

La condition du tirage est stable mais présente une détérioration naturelle du matériau minimum comme par exemple une décoloration, un jaunissement de la surface ou la présence de poussière.

c. Condition médiocre – détérioration moyenne

L’état du tirage n’est pas stable et présente des dégâts mécaniques comme des rayures, des taches de colle, des empreintes de doigts et autre. Ces dégâts sont souvent à l’origine de réactions chimiques et sont liés à l’utilisation des tirages : manipulation ou conditionnements inappropriés.

d. Condition instable

Le tirage est en mauvais état et présente des dégâts biologiques tels que des moisissures et des insectes. Ceux-ci attaquent la gélatine et les colles employées dans les différentes émulsions photographiques ainsi que le support papier. Ceci est favorisé par des conditions thermo-hygrométriques défavorables, même temporaires.

e. Détérioration totale

Le tirage photographique ne préserve aucune information de l’image. L’expertise révèle que la plupart des tirages sont en condition stable (557), tandis que 361 sont en condition médiocre et 65 en condition instable (Fig. 7).

Fig. 7. Répartition des différents niveaux de conservation des tirages du fonds E. Gilliéron et Fils

Seuls deux documents sont évalués comme totalement détériorés et un document est en excellent état de condition (Fig. 8 a et b).

Fig. 8a et b. Condition instable d’un tirage papier albuminé grand format représentant une vue de Jérusalem avant et après restauration d’urgence à l’EFA / cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

11. Interventions

Proposition d’interventions à effectuer selon l’état du document. Les interventions sont les suivantes (Fig. 9) :

Fig. 9. Consolidation des tirages en mauvais état à l’EFA, durant la phase d’inventaire / cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

a. Conservation préventive

Rassemble toutes les mesures et actions ayant pour objectif d’éviter et de minimiser les détériorations ou pertes à venir. Ces actions s’inscrivent dans le contexte ou l’environnement d’un bien culturel et sont indirectes c’est-à-dire elles n’interfèrent avec les matériaux constitutifs et ne modifient pas leur apparence.

b. Conservation curative

Décrit toutes les actions directement entreprises sur un bien culturel ayant pour but d’arrêter un processus actif de détérioration. Ces actions ne sont mises en œuvre que lorsque l’existence de ce bien est menacée à relativement court terme.

c. Restauration

Englobe toutes les interventions directement entreprises sur un bien culturel afin d’améliorer son apparence, sa compréhension et son usage. Toutes ces actions sont appliquées que lorsque le bien culturel a perdu ou risque de perdre une part de sa signification ou sa fonction due aux détériorations antérieures. L’ensemble de ces interventions peuvent se catégoriser en :

  • Intervention minimale
  • Intervention générale
  • Intervention urgente

12. Notes au verso

Relevé de toute information notée au verso du document photographique. Au verso de ces tirages figurent différentes notes comme des dédicaces, signatures, notes du photographe et autres (Fig. 10).

Fig. 10. Notes à l’encre au revers d’un tirage aristotype à la gélatine, portant le tampon de l’atelier Gilléron / cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

13. Notes sur la surface

Relevé de toute information notée au recto du document photographique. Sur la surface des tirages ont été notés les dimensions des objets représentés, le lieu de prise de vue et autres.

14. Support

Information sur le type de papier de développement. Hormis le papier à développement commun, certains tirages ont été réalisés sur des papiers commercialisés comme par exemple le papier Agfa Brovira, le Velox, le Kodak Solio Brilliant et autres qui nous offrent des informations sur leur datation (Fig. 11).

Fig. 11. Tirage sur papier commercialisé VELOX, fabriqué par Kodak de la fin des années 1920 à la fin des années 1940 / cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

15. Observations

Toute information technique supplémentaire.

16. Restauration à l’EFA

Signalement des photographies traitées sur place durant la période d’inventaire, pour des raisons de stabilisation. Des interventions nécessaires ont été réalisées sur près de 140 tirages. Ces interventions vont du nettoyage à sec (gommage), au dépliage en passant par la consolidation de ces tirages.

17. Restauration prioritaire à l’atelier

signalement des photographies devant être restaurées en priorité et en atelier (Fig. 12).

Fig. 12. Interventions générales à effectuer par type de tirage / cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

Sur les 900 tirages, 312 nécessitent des interventions de restauration générales, ce qui représente 35% de la collection.

Parmi eux, les aristotypes (à la gélatine ou au collodion) sont majoritaires, avec un pourcentage de 42%. Les aristotypes sont en effet particulièrement fragiles : l’image peut être décollée du support et présenter des taches jaunes à cause des bains de fixage usagés.

Viennent ensuite les papiers albuminés avec 29% et enfin les papiers à développement pour 27%. Les papiers albuminés présentent des altérations surtout liées aux conditions environnementales. Les dommages les plus courants sont le jaunissement de l’albumine dans les parties claires, les craquelures provoquées par le dilatement différentiel entre l’albumine et le papier (qui s’accentue d’autant plus si le papier est encollé sur un carton) et les taches liées à des attaques chimiques dues aux polluants.

18. Emplacement

Numéro du contenant dans lequel est rangé le tirage.

Reconditionnement des documents

Après inventaire et interventions sur les tirages photographiques, les pochettes en polyvinyle inadéquates employées jusqu’alors ont été remplacées par des pochettes en polyester neutres. Ces pochettes divisées en un, deux ou quatre compartiments sur leurs deux côtés ont été choisies pour recevoir les tirages à dimensions standard tandis que certains tirages hors format ont été protégés par des pochettes créées sur mesure en Mylar©. Une étiquette autoadhésive avec le numéro d’inventaire du tirage a été apposée sur chaque compartiment. Enfin, les pochettes ont été rangées dans des classeurs-boîtes en matériaux stables et inertes de qualité muséale (Fig. 13 et 14).

Fig. 13. Conditionnement des tirages par numéro d’inventaire dans des pochettes en Mylar (c), puis dans des boîtes en carton non acide / cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou
Fig. 14. Signalement de chaque pièce au moyen d’une étiquette sur la pochette / cl. A. Adamopoulou, E. Stamatopoulou

En conclusion

L’ensemble des tirages de la famille Gilliéron représente un intérêt scientifique majeur, tant pour l’archéologie moderne que pour l’histoire de la restauration des sites et biens culturels en Grèce et ailleurs.

Grâce à cette mission, les conditions de stockage de cet ensemble ont été améliorées et des interventions plus approfondies pourront être menées ultérieurement. Enfin, grâce à l’analyse des techniques de tirages employées dans cet ensemble, les chercheurs de l’EFA peuvent dorénavant disposer d’informations précises leur permettant de poursuivre ultérieurement le classement et l’étude scientifique du fonds.

Adia Adamopoulou (Conservatrice des Antiquités, des Œuvres d’Art et des Photographies)

Eugénie Stamatopoulou (Conservatrice-Restauratrice des Biens Culturels – Historien d’Art)


[1] International Standard Archival Description General.

[2]  International Standard Archival Authority Record for Corporate Bodies, Persons and Families.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search