L’épisode de la « Grande Grippe » à Athènes en 1931

« Ne sous-estimez pas les petits adversaires : un lion se voit, pas un virus. »

Anonyme

Alors que la Grèce et le reste du monde poursuivent leur campagne de vaccination pour endiguer la pandémie de la Covid-19, une plongée dans les archives de l’École française d’Athènes permet de mettre en lumière un événement similaire qui eut lieu en 1931. En effet, cette année-là a lieu l’épisode de la « Grande Grippe ». Avec le recul, le terme de Grande parait disproportionné sachant que peu de personnes n’ont gardé quelconque souvenir de cette grippe. Cependant, elle anticipe nombre de réflexes qui nous sont bien familiers aujourd’hui.

À cette période, la capitale est sous le mandat renouvelé du maire Spyridon Mercouris, connu pour ses vastes réaménagements d’Athènes, et grand-père de la non moins connue Mélina Mercouri. Cela fait depuis mi-janvier que la maladie s’étend sur la ville, jusqu’à devenir critique fin janvier 1931. La situation est telle que la majorité des représentants du gouvernement tombe malade, faisant suspendre les activités à l’Assemblée. Par exemple, le Premier Ministre Elefthérios Vénizelos, qui a la grippe chaque année, est contaminé et devient une vraie source d’inquiétude pour ses médecins1. On interdit alors de fréquenter les lieux de rassemblement comme le tramway et les cafés, dans lesquels les propriétaires désinfectent les locaux deux à trois fois par jour. Une série de fermetures survient : les écoles, les théâtres, les cinémas, etc. À la police la charge de faire régner l’ordre : les gendarmes se postent aux pharmacies, aux stations de tram, pour résorber la foule de gens. La crise s’apaise au bout d’une dizaine de jours, au prix de victimes dans tout le pays.

Comme le souligne un rapport de 1940 écrit par l’épidémiologue V. Valaoras2, les années couvrant 1931 à 1935 représentent pour la Grèce le taux de mortalité le plus important parmi tous les pays européens, citant en premier la cause de la grippe, suivie de la fièvre typhoïde, tuberculose, etc. Il faut dire que, parallèlement, le pays est en proie à de fortes instabilités politiques, notamment dans la structuration d’aides sociales et sanitaires.

Aussi, malgré sa fulgurance, la grippe ne touche pas que la Grèce et Athènes, mais également d’autres pays de l’Europe et les États-Unis. Selon un article de la US Public Health Report du 20 février 1931, l’impact de l’influenza – de l’italien « influence du froid » et du latin influentia – sur la mortalité reste sans gravité, comme en Suisse par exemple, où le nombre de morts dans les villes de plus de 10 000 habitants pour les semaines des 10 et 17 janvier 1931 est de 14,5 et 17 pour mille respectivement3. L’auteur justifie cette incidence en ajoutant que la maladie est surtout meurtrière pour les individus de plus de 60 ans. Il faudra attendre 1933 pour que l’on identifie le virus de la grippe chez l’homme, soit deux ans après sa découverte sur les porcs par l’américain Richard Shope4.

Fig. 1 : portrait de groupe issu de l’Album des membres : de gauche à droite, Mademoiselle Bibas, Pierre Roussel, ses fils Claude et Denis, Madame Roussel et Monsieur Devambez, à Délos vers 1930 / EFA, N580-362

Par conséquent, non seulement la population athénienne et ses élites furent touchées par la crise sanitaire, mais l’École fut personnellement concernée. En 1931, l’École française d’archéologie est dirigée par Pierre Roussel, nommé en 1925, et dont le mandat s’achève en 1935. Plusieurs cas de grippe furent recensés dans le personnel domestique. Les dernières recherches5 dans les archives de ces années soulèvent alors un doute : deux noms émergent sans que l’on puisse savoir s’il s’agit de la même personne ou de deux individus distincts. La sous-série dont sont issues ces archives est 1 ADM, relative à la correspondance des directeurs et des secrétaires généraux6. Par ailleurs, le constat est que très peu de lettres issues de cette correspondance sont consacrées au sujet de la grippe, ce qui en complexifie son étude poussée. Malgré l’apparente sérénité qui se dégage de la lecture, ayant principalement trait à des questions administratives et financières, l’École, à l’image de la ville pendant l’entre-deux-guerres, encaisse encore les chocs causés par les conflits mondiaux et intra-grecs.

Fig. 2 : portrait de Yves Béquignon dans les années 1920/1930, issu de l’Album des membres / EFA, N580-223

Dès lors, au sein de l’École, un « nouveau » cas s’est déclaré le 5 février et a été confirmé par la visite au soir du médecin rattaché à l’EFA, Lorando. Une lettre7 datée du lendemain matin signée d’Yves Béquignon, le secrétaire général, fait part de la nouvelle d’un cas de grippe parmi les employés grecs de l’École. Il s’agit d’un certain Lazaros. Mais quel est son nom ? À ce niveau, d’après l’adresse au destinataire « Mon cher Ami », la lettre ne fait pas preuve d’un caractère officiel. Yves Béquignon énonce par la suite des directives – « dictées par la prudence, car il ne s’agit pas de s’effrayer » – à suivre pour éviter la contagion. On devine qu’il ne s’agit pas du premier cas mais, qu’au contraire, la grippe se propage plus rapidement que prévu.

Fig. 3 : courrier issu de l’Album des membres, 1931 / EFA, N579-017

Le second feuillet répertorie les personnes supposées recevoir ce même jour un flacon de « Goménol » censé soulager les maux. Le Goménol, médicament dont la marque française date de 1893, est issu d’une plante de Nouvelle-Calédonie, le niaouli, doté de propriétés cicatrisantes, antiseptiques et anesthésiques8. En ces temps, le terme de « vaccin » n’est alors pas à toutes les lèvres. Tout le monde a signé la feuille, excepté un nom barré d’un trait : PLIACOS. Puis, une autre missive9 datée du 6 février, et cette fois adressée au Ministre de l’hygiène à Athènes, vient confirmer plusieurs cas de grippe dans le personnel domestique et annonce un décès survenu à l’hôpital. Une demande est donc faite, de concert avec le docteur, afin de contacter l’organisme capable de « désinfecter la chambre suspecte ». À priori, aucun indice n’est laissé pour identifier plus précisément les victimes.

Dr. P. Rousseau, Le Goménol, médicament antituberculeux, (Paris), 1912. Cliquez sur l’image pour accéder au document sur Gallica.

Enfin, selon un document du 12 décembre 193110, la liste pour indemniser le « personnel de service de l’École » atteste que le prénom de Pliacos commence bien par un L., et qu’il est aide-cuisinier. À ce titre, la période témoigne d’une croissance du nombre d’employés au sein du personnel de service. Effectivement, à cette époque, tout le monde logeait sur place, à l’École. Les membres dormaient dans ce que sont devenus leurs bureaux aujourd’hui, et les domestiques dans leurs espaces réservés. Ainsi que le rappelle Anna Philippa-Touchais, les employés grecs exercent dans la sphère domestique jusque dans les années cinquante, où s’amorcent des offres de postes administratifs et scientifiques11.

Ainsi, tout porte ainsi à croire que Lazaros Pliacos est le patient mort de la « Grande Grippe ». Le diagnostic de la contamination posé le 5 février avec l’annonce de la mort le lendemain, l’indication de l’initiale du prénom et de la fonction d’aide-cuisinier sont autant d’indices qui permettent de relier les deux noms à un seul individu.

Parallèlement, l’article d’Anna Philippa-Touchais cite un autre employé grec engagé à partir de 1925 dont on sait, grâce aux reçus, que l’École s’est chargée des frais d’hospitalisation et des funérailles en 1931. Il s’agit d’un certain Philippoutsis, entré au service du secrétaire général. Le doute demeure concernant les circonstances de sa mort. Décédé en 1931, on peut toujours émettre l’hypothèse qu’il aurait été également une victime de la grippe. De même, les échantillons récoltés de la correspondance restent muets face aux conséquences de la maladie sur les autres personnes atteintes, mais il reste probable que les documents conservés par l’EFA aux Archives nationales12 détiennent d’autres clés de compréhension.

Une petite parenthèse est nécessaire pour noter que celui-ci fut transféré à l’Hôpital français d’Athènes, situé au 69 boulevard Alexandras13. Bien qu’il n’existe plus aujourd’hui, la création de l’hôpital met en avant une certaine volonté de consolider la position française en Grèce. En effet, les enjeux politiques et culturels servent la vocation « philanthropique»14 de l’établissement. Ainsi, comme l’explique Nicolas Manitakis, la formation médicale et scientifique française et l’équipement sont prodigués aux étudiants et médecins grecs, et, sous certaines conditions, les soins sont offerts à la population. Il est vrai que dans le contexte de sa création en 1919, la France tient à affirmer sa suprématie vis-à-vis de son rival allemand, quelques années après sa défaite. Ensuite, toujours dans cette lignée d’affirmer le lien avec la France, la proposition de fonder l’Institut Pasteur Hellénique permet à Vénizelos d’appuyer sa gestion de la santé publique, et en 1919, l’Institut voit le jour15.

Fig. 4 : écriteau indiquant l’obligation de porter un masque dans la salle à manger de la Maison des hôtes, 2021 / EFA

Comme l’écrit Eugenia Bournova dans son billet, l’épisode de la « Grande Grippe » – tout comme celui de la grippe espagnole, et bien que celle-ci ait fait couler plus d’encre dans d’autres pays d’Europe – a souffert d’un hiatus. Elle aura été éclipsée par d’autres « maladies infectieuses endémiques»16 qui ont fait autant, voire plus, de morts. Enfin, il reste à se demander quelle place prendra la Covid-19 dans la mémoire collective d’ici 90 ans. Nul doute en tout cas que l’École française d’Athènes, avec son trombinoscope fleuri de masques en tous genres, en conservera le témoignage dans ses archives. Au moment fort des 175 ans de l’École française d’Athènes, et du bicentenaire de l’indépendance grecque, il importe de se souvenir, en ces temps troublés de pandémie, que l’attachement et le soutien mutuel que se portent la France et la Grèce, restent indéfectibles.

Fig. 5 : masque en tissu cousu par Florence Gaignerot-Driessen à l’occasion de la mission d’Anavlochos en 2020 / cl. F. Gaignerot-Driessen, EFA, Mission Anavlochos

Publication de l’EFA en lien avec le sujet

L. Korma, Combattre pour la santé : la construction du système sanitaire grec en temps de guerre (1912-1922), Athènes, EFA, BEFAR 397, à paraître.

  1. “Τι είχε γίνει στην Αθηνα στη μεγαλι γριπη του 1931”, TheToc, [En ligne], Τι είχε γίνει στην Αθήνα στη μεγάλη γρίπη του 1931 | Ελλάδα Ειδήσεις (thetoc.gr), consulté le 04/05/2021. []
  2. “Public Health Reports”, National Center for Biotechnology Information [En ligne], pubhealthreporig02135-0004.pdf (nih.gov), consulté le 13/05/2021. []
  3. “Public Health Reports”, National Center for Biotechnology Information [En ligne], pubhealthreporig02135-0004.pdf (nih.gov), consulté le 13/05/2021. []
  4. Saunders-Hastings PR, Krewski D. “Reviewing the History of Pandemic Influenza: Understanding Patterns of Emergence and Transmission”, Pathogens, 2016, 5(4):66. [En ligne], 10.3390/pathogens5040066, consulté le 14/05/2021. []
  5. Je tiens à remercier Marie Stahl, responsable du service des archives, et Kalliopi Christophi, responsable de la photothèque / planothèque, pour leur contribution et leur aide dans la construction de cet article. []
  6. Le classement et la description de la sous-série 1 ADM, initiés par Yann Logelin puis Chloé Angles, se poursuit actuellement avec l’aide d’Adeline Bourbotte. []
  7. EFA, cliché photothèque N579-017, repiquage de la lettre dans l’Album des membres III. []
  8. B. Bonnemain, « Laboratoire du Goménol : une histoire de cent dix ans autour de l’essence de Niaouli purifiée », Revue d’histoire de la pharmacie, 341, 2004 [En ligne], https://www.persee.fr/doc/pharm_0035-2349_2004_num_92_341_5625, consulté le 17/03/2021. []
  9. Lettre issue de la sous-série 1 ADM, courrier départ, 22/03/1929 à 30/12/1931, numéro 1731/B. []
  10. Lettre issue de la sous-série 1 ADM, courrier reçu, 22/03/1929 à 30/12/1931, numéro 2066/B. []
  11. Philippa-Touchais, Anna, « Le personnel grec de l’École française d’Athènes », dans Bulletin de correspondance hellénique, volume 120, livraison 1, 1996, p. 250. []
  12. Archives nationales. 19990001. Archives financières et comptables de l’École française d’Athènes (1892-1982). Lien vers l’inventaire en ligne : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_019943, consulté le 14/05/2021. []
  13. Philippa-Touchais, Anna, « Le personnel grec de l’École française d’Athènes », op. cit., p. 223. []
  14. N. Manitakis, « Le développement institutionnel des relations culturelles franco-grecques durant l’entre-deux-guerres », In : Le double voyage : Paris-Athènes (1919‐1939). Athènes : École française d’Athènes, 2018. En ligne : https://books.openedition.org/efa/3763, consulté le 18/05/2021. []
  15. « History of Hellenic Pasteur Institute », Pasteur.gr, En ligne : https://www.pasteur.gr/en/history-of-hellenic-pasteur-institute , consulté le 25/05/2021). Plusieurs représentants de l’École française d’Athènes ont été membres du conseil d’administration de l’Institut Pasteur hellénique, ce qui explique la présence d’archives de cet organisme dans la sous-série 5 ACE de l’EFA. Lien vers l’inventaire en ligne : https://www.efa.gr/images/archives/repertoire_serie_ACE_V01-2_2016-07.pdf. []
  16. E. Bournova, « La grippe espagnole à Athènes », dans Athens Social Atlas, En ligne : https://www.athenssocialatlas.gr/fr/article/la-grippe-espagnole-a-athenes, consulté le 13/05/2021. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search