Du document à l’œuvre d’art : l’usage des archives dans un processus de création artistique

A gauche : Rudy Ayoun, 3 Fi 20-2 (détail), huile sur toile, 195 x 130 cm, 2020
A droite : Josep Tornero, 28|36 (détail), huile sur toile, 120 x 100 cm, 2020

Fondée en 1920 et inaugurée en 1928 à Madrid, la Casa de Velázquez soutient à la fois la création artistique et la recherche scientifique dans le domaine des sciences humaines et sociales. Ce modèle original unique en matière de résidence artistique a attiré de nombreuses générations d’artistes. Plongés au cœur de ce lieu d’histoire, il n’est pas rare que les artistes puisent leur inspiration dans cet héritage et se tournent vers les archives pour développer certains de leurs projets en résidence.

Au cours de l’année 2020/2021, deux artistes de la Casa de Velázquez ont ainsi effectué des recherches dans les archives historiques afin de mener à bien leurs projets artistiques :

  • Rudy Ayoun, membre artiste en résidence (septembre 2020-août 2021).
  • Josep Tornero, boursier Casa de Velázquez-Fundació Miró Mallorca (octobre-décembre 2020).

Sur des thématiques très différentes, ils se sont chacun plongés dans la consultation des archives de la Casa de Velázquez.

Rudy Ayoun – Les ateliers : du passé dans le présent

Vue de l’atelier de Rudy Ayoun

La thématique principale du projet artistique de Rudy Ayoun est de peindre des espaces intérieurs, vides de toute figure humaine. Sa série de peintures issue de sa résidence s’inspire principalement de documents d’archives relatifs aux ateliers où vivent les artistes pendant le temps de leur résidence à la Casa de Velázquez. Il se sert de la peinture comme d’un medium pour faire le lien entre ce que les ateliers ont été au cours des décennies passées et la manière dont les artistes actuellement présents se les approprient. C’est ainsi qu’à la notion d’espace déjà présent dans sa peinture, Rudy Ayoun a ajouté le concept de « faille temporelle » grâce auquel se superposent plusieurs époques dans une même œuvre. Le recours aux archives revêt ainsi une place fondamentale dans son projet.

Avant son arrivée à la Casa, Rudy Ayoun n’avait jamais consulté d’archives historiques telle que l’on en trouve dans une institution publique comme la Casa de Velázquez. Il s’inspirait principalement d’archives photographiques personnelles ou familiales qu’il mixait avec des éléments d’histoire de l’Art afin de créer des compositions originales.

Créer sa propre mythologie de la Casa de Velázquez

Au départ, son idée était de contacter d’anciens artistes résidents pour recueillir des éléments susceptibles d’alimenter son projet mais cela l’aurait obligé à se limiter à une période récente de l’histoire de la Casa. Après avoir appris l’existence d’un fonds historique et s’être entretenu avec l’archiviste, il a décidé de revoir sa méthodologie. Le rôle de l’archiviste fut donc de le guider dans les fonds afin de l’aider à se constituer une documentation de références historiques sur les espaces qui l’intéressaient. Cet accompagnement a permis à l’artiste de réduire le temps nécessaire à la recherche pure d’éléments pouvant stimuler son imaginaire de peintre.

Les recherches de Rudy Ayoun se sont faites en trois grandes étapes : dans un premier temps, il a consulté la collection numérique de photographies de la Casa de Velázquez. Puis, dans un second temps, l’archiviste l’a orienté sur les dossiers de reconstruction de la « nouvelle » Casa dans lesquels est détaillé le processus de réédification des bâtiments et du jardin dans les années 1950 mais aussi de tout l’aménagement intérieur. Parmi ces documents, Rudy Ayoun a ciblé des typologies documentaires aussi diverses que des inventaires, des croquis, des commandes de mobilier dans lesquelles on trouve des descriptions d’objets et de fournitures, des échantillons de tissus… Enfin, dans un troisième temps, le peintre s’est intéressé à des films documentaires tournés pour la Casa de Velázquez, notamment le film réalisé par la cinéaste et ancienne membre Silvia Zade Routier dans le cadre du Cinquantenaire de la Casa de Velázquez.

De ce fait, les archives lui ont non seulement permis d’inscrire ses peintures dans une chronologie longue mais également de travailler en fonction de ce qu’il nomme l’histoire sensible du lieu. C’est d’ailleurs pour cela que la série d’œuvres créées se terminera avec la fin de sa résidence à la Casa de Velázquez.

Peindre la « faille temporelle » grâce aux archives

Après avoir constitué sa documentation, Rudy Ayoun a mené une réflexion sur la façon d’adapter plusieurs couches de références historiques tout en créant une image finale à la composition cohérente. Il précise que, dans ce processus de création artistique, les archives viennent en préparation de la peinture. Si les formats et les supports des documents consultés n’ont pas directement influencé la technique utilisée, le choix de la peinture à l’huile sur toile s’est néanmoins imposé. En effet, la peinture à l’huile permet de moduler la composition (travail de certaines matières en pâtes, superposition de couches, repentirs…). Ce traitement participe à la mise en œuvre du concept de faille temporelle. De plus, la plupart des archives consultées étant en noir et blanc, il a dû retransmettre les éléments qui l’intéressaient en imaginant les couleurs.

Rudy Ayoun a ainsi mis en place différentes méthodes d’utilisation des archives dans la création d’une toile. Dans le premier cas, l’artiste part du document d’archives. On peut prendre l’exemple de l’utilisation d’une photographie ancienne dans un de ces tableaux. Un élément ou plusieurs intéressent l’artiste dans la composition de l’image. Dans les illustrations suivantes on peut voir la photographie ancienne [1935] utilisée comme source de références et l’œuvre créée. Le peintre qui occupait l’atelier de la photographie avait utilisé les murs de la pièce pour y accrocher ses études. C’est une pratique qui se fait encore aujourd’hui. Rudy Ayoun modifie le format original tout en utilisant la composition de l’image de référence pour y ajouter des travaux d’artistes de son cercle proche, Alessandra Monarcha Souza e Silva Fernandes, Julien Deprez (tous deux membres artistes cette année) et Claire Vaudey.

Photographie d’un atelier d’artiste vers 1935 (collection Casa de Velázquez)
Rudy Ayoun, 3 Fi 21-3, huile sur toile, 195 x 130 cm, 2021

Dans le deuxième cas de figure, Rudy Ayoun fait le cheminement inverse : il commence par peindre une œuvre en s’inspirant des éléments de son propre atelier et c’est ensuite qu’il y ajoute des éléments issus de documents d’archives.

Dans le troisième cas, l’artiste a pu s’inspirer d’un document administratif écrit. Si on prend l’exemple de l’inventaire du mobilier d’un atelier du début des années 1960, le peintre a d’abord fait des croquis directement sur la toile pour matérialiser les éléments constituant l’ameublement du lieu. Il a ensuite peint par-dessus en y ajoutant des éléments contemporains.

Enfin, Rudy Ayoun s’est intéressé aux différents systèmes de cotation de documents d’archives afin de s’en inspirer pour donner un titre à ses toiles : dans les services français d’archives départementales, la série Fi est consacrée aux documents figurés.

Rudy Ayoun, 3 Fi 20-2 (détail du dos de la toile), 2020

Contacts de l’artiste : ayoun.rudy@gmail.com

Site web de l’artiste : http://rudyayoun.com

Josep Tornero – 28|36 : Matérialiser le passé

Josep Tornero, 28|36 (détail), huile sur toile, dimensions variables, 2020 (vue de l’exposition CASA&CO #3 A contratiempo)

Josep Tornero s’est intéressé à la « première Casa » au travers de son projet artistique 28|36 Materializar el pasado élaboré dans un premier temps en s’inspirant de photographies anciennes du bâtiment principal. Il a choisi de se concentrer sur la période comprise entre l’inauguration de la Casa de Velázquez en 1928 et la destruction du bâtiment lors de la bataille de Madrid en 1936. Pour ce projet de résidence, l’idée de Josep Tornero était de travailler les concepts de temps et de mouvement, pour se confronter à l’impossibilité de matérialiser la fugacité de l’instant.

Les archives sont pour lui une source habituelle de documentation qu’il intègre dans son processus de création depuis des années. Ce n’était donc pas la première fois qu’il travaillait à partir d’archives historiques mais c’était la première fois qu’il venait consulter des archives dans un établissement tel que la Casa de Velázquez.

Un temps de recherche limité

Dans le cas de Josep Tornero, la difficulté en matière de recherche fut double. D’une part, la durée de sa résidence (3 mois) a limité le temps de recherche dans les archives de l’institution. D’autre part il a travaillé sur une période de l’histoire de la Casa pour laquelle l’établissement possède peu de documents. En effet, la destruction partielle du bâtiment en 1936 a entraîné la perte de ses archives et du fonds de la bibliothèque de l’époque. L’artiste a donc partiellement compensé le temps court de sa résidence en effectuant en amont un premier niveau d’investigation afin de rassembler une documentation sur l’histoire de la Casa de Velázquez via les informations publiées sur le Web.

Après avoir pris connaissance du projet et de la thématique des recherches de l’artiste, le travail de l’archiviste a donc consisté à apporter de nouveaux éléments afin de créer une documentation enrichie et constituée de supports différents ; tout en prenant en compte que la langue principale des archives de la Casa de Velázquez est le français, langue étrangère pour cet artiste. La recherche documentaire a principalement porté sur des éléments graphiques telle que la collection de photographies numérisées de l’établissement. Au vu du projet de Josep Tornero, le choix fut fait de cibler cette fois-ci les vues extérieures du bâtiment principal avant et après sa destruction, la presse des années 1930 et quelques documents administratifs imprimés de cette époque. Dans un second temps, le visionnage du film du Cinquantenaire de la Casa l’a également inspiré pour mener à bien son projet.

Adapter son processus de création au temps de sa résidence

La consultation des archives a entraîné pour Josep Tornero un changement total de son projet initial. En effet, c’est à ce moment-là qu’il a réalisé que son temps limité de résidence allait l’obliger à revoir totalement la façon d’aborder son sujet. Son travail de création porte essentiellement sur le processus de transformation visuelle via un mouvement implicite qui métamorphose l’image originelle. La contrainte de temps l’empêchant de mener à bien son ambition première de développer son projet sous forme d’installation, il s’est recentré sur le volet purement graphique et pictural de son sujet.

A gauche : photographie de Pierre Paris, directeur de la Casa de Velázquez de 1928 à 1931 (collection Casa de Velázquez).
Au centre : le tableau en cours de création par Josep Tornero. On aperçoit encore une partie des croquis faits par l’artiste avant de peindre.
A droite, l’ɶuvre terminée : Josep Tornero, 28|36 (détail), huile sur toile, 46 x 38cm, 2020

Chez Josep Tornero, chaque support de documents d’archives (papier, photographies, vidéo) a produit une idée différente mais toujours en noir et blanc. Les archives ont influencé ses expérimentations en matière de techniques et de processus artistiques. Faute de temps, il a dû se limiter à travailler selon 2 procédés : la photogravure (à base de superposition de reproductions de photographies) et la peinture à l’huile. L’artiste s’est notamment inspiré de la technique du collage pour les photogravures et certaines de ses toiles.

Josep Tornero, 28|36 (détail), photogravure encadrée, 54 x 47 cm (à gauche) et détail de la photogravure sans cadre, 23 x 23 cm (à droite), 2021

Contact de l’artiste : info@joseptornero.com

Site web de l’artiste : http://www.joseptornero.com/

Conclusion

De même que l’immersion dans un lieu d’histoire a permis aux artistes de développer leurs projets, c’est l’émergence de ces initiatives artistiques qui a permis à la Casa de Velázquez de repenser et d’adapter ses procédures de consultation d’archives.

Pour accompagner au mieux Rudy Ayoun et Josep Tornero, l’archiviste a dû s’assurer de bien comprendre le projet de chacun de ces deux artistes afin de pouvoir les aider au mieux dans leurs recherches documentaires. Cet accompagnement s’est également traduit par la création d’un formulaire spécialement conçu pour l’utilisation de documents d’archives dans un processus de création artistique par des artistes en résidence à la Casa de Velázquez. En effet, le formulaire classique de demande d’autorisation de reproduction d’archives n’était pas totalement adapté à ce cas particulier. Ces 2 artistes n’ont pas utilisé les documents en tant que tels mais les ont réinterprétés chacun à sa manière. Ce formulaire permet également à l’institution de savoir quelles archives ont inspiré la création effective d’œuvres parmi celles communiquées.

Ce travail de concert entre les artistes et l’archiviste vient, une nouvelle fois, prouver la transversalité et la porosité entre les différentes disciplines en jeu à la Casa de Velázquez. Cette collaboration, formalisée de manière inédite, ainsi que les nouveaux processus mis en place permettront sans nul doute d’ouvrir la voie à d’autres projets du même type dans les années à venir.

Tous les documents d’archives et les œuvres dont les photographies sont publiées sont soumis à droit d’auteur.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. François Pacaud dit :

    Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Répondre à François Pacaud Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search