Les tessères onomastiques de Deir el-Médina : recherche en cours dans les collections de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire

Plusieurs milliers d’ostraca du Nouvel Empire, découverts par Bernard Bruyère sur le site de Deir el-Médina sur la rive ouest de Thèbes [Fig. 1], sont conservés dans les archives de l’Institut français d’archéologie orientale. Pour faciliter leur édition, ces tessons de poterie ou éclats de calcaires inscrits à l’encre noire, et parfois rouge, ont été divisés en deux catégories – sans compter celle des ostraca figurés – lors de leur découverte : ostraca littéraires d’un côté, non littéraires (ou documentaires) de l’autre.

Fig. 1 Extrait d’un carnet de fouilles de B. Bruyère annonçant la découverte de nombreux ostraca dans le « Grand Puits » de Deir el-Médina pendant la saison de 1948-1949 © Ifao, Bruyère, DEM 4, 1948-1949, p. 6.
(https://www.ifao.egnet.net/bases/archives/bruyere/?id=MS_2004_0165_012, consultée le 07/04/2021)

Les ostraca non littéraires regroupent différents types de textes administratifs écrits en hiératique, la cursive des hiéroglyphes : on y trouve par exemple des listes de présence, des reçus, des textes relatifs à la vie judiciaire ou plus largement de précieux témoignages de la vie quotidienne à Deir el-Médina. L’édition de ces documents, initiée par l’égyptologue Jaroslav Černý, a été poursuivie par Serge Sauneron, qui fut en son temps directeur de l’Ifao, puis reprise par Pierre Grandet, qui publie régulièrement de nouveaux volumes du Catalogue des ostraca non littéraires de Deir el-Médina dans la collection des Documents de fouilles de l’Ifao (DFIFAO) (https://www.ifao.egnet.net/publications/ catalogue/9782724707014/).

Les « tessères onomastiques » appartiennent à ce corpus. Proposée par Pierre Grandet dans l’un de ses volumes du Catalogue des ostraca non littéraires[1], l’expression « tessère onomastique » (all. : “Namenssteine” ou “Namenostraka[2] ; ang. : “name stones”) désigne un type d’ostracon le plus souvent de petite taille – quelques centimètres de hauteur sur quelques centimètres de largeur – inscrit seulement d’un nom propre. Curieusement, cette description rappelle celle des tessons sur lesquels on écrivait le nom de la personne à bannir lors des procédures d’ostracisme en vigueur dans l’Athènes du Ve siècle av. J.-C., et dont on a emprunté le nom (ὄστρακον) pour décrire des supports d’écritures de nature comparable, notamment dans l’Égypte pharaonique ; la « tessère onomastique » partage peut-être avec les ostraca athéniens – jusqu’à un certain point – cette notion de choix d’un individu identifié par son nom personnel.

Partant de recherches préliminaires menées par P. Grandet, une première mission effectuée en 2019 par l’auteur de ces lignes a permis d’identifier près de 750 tessères onomastiques dans les collections de l’Ifao[3]. Ce corpus avait déjà intéressé les chercheurs par le passé : les carnets de notes de J. Cerný, aujourd’hui déposés au Griffith Institute à Oxford (https://archive.griffith.ox.ac.uk/ index.php/notebooks-2), contiennent bien souvent une transcription préliminaire de ces ostraca, perdus au milieu d’autres textes documentaires ; S. Sauneron, avait par ailleurs préparé la transcription hiéroglyphique et le fac-similé sur Kodatrace d’une petite partie du corpus, en vue d’une publication qui ne vit jamais le jour mais dont les archives conservent l’ébauche[4] [Fig 2].

Fig. 2 : carnet de notes de S. Sauneron avec fac-similés sur Kodatrace et transcriptions de tessères onomastiques, accompagnés de certains des ostraca concernés © Ifao/R. Pietri.

La plupart des tessères onomastiques de Deir el-Médina correspondent à des tessons de céramique commune, mais l’on trouve également une part non-négligeable d’éclats de calcaire, et beaucoup plus rarement de silex brun-noir ou blond [Fig. 3]. Elles sont le plus souvent inscrites à l’encre noire d’un seul nom propre ; il arrive néanmoins que de l’encre rouge soit utilisée. Le texte est rarement palimpseste et se réparti sur une seule ligne, parfois deux. Sur les tessons de poteries, le nom est souvent inscrit sur le côté concave, c’est-à-dire à l’intérieur du vase. Certains tessons presque circulaires semblent avoir été retaillés.

Fig. 3 : exemples de tessères onomastiques de Deir el-Médina conservées aux archives de l’Ifao (a : ONL 92, au nom de Telmontou ; b : ONL 41, au nom dHouynefer ; c : ONL 3877, au nom d’Ipouy ; d : ONL 216, au nom d’Horemouia ; e : ONL 128, au nom de Nakhtamon) © Ifao/R. Pietri.

Dans quelques cas, deux voire trois noms propres peuvent être inscrits : se pose alors la question de savoir s’il s’agit encore de tessères onomastiques (associant des individus par binômes ou trinômes ?) ou de courtes listes de noms propres dont la fonction serait différente. Sans surprise, les anthroponymes mentionnés sur les tessères onomastiques sont ceux des individus attestés dans d’autres sources de l’époque ramesside provenant du site de Deir el-Médina. Mais la plupart des noms propres étant utilisés par plusieurs personnages plus ou moins contemporains, il est souvent difficile de relier une tessère à un individu en particulier, et a fortiori d’en préciser sa datation au-delà de la dynastie. Parfois, le nom propre est suivi d’une indication de filiation (X, Y, « X, fils de Y ») [Fig. 4], ce qui permettait sans doute d’éviter les confusions entre homonymes, et rend possible l’identification de l’individu concerné lorsque sa filiation est connue par d’autres sources ; une datation plus précise est alors envisageable. Les noms propres sont occasionnellement précédés de titres courts ( « le scribe », ou « le scribe des contours », sont parmi les plus fréquents). Quelques exemples se résument d’ailleurs à un titre seul, sans anthroponyme associé ( « le directeur du Trésor », par exemple). Les noms de femmes sont très rares.

Fig. 4 : exemples de tessères onomastiques avec filiations de Deir el-Médina conservées aux archives de l’Ifao (a : ONL 212, au nom de Nebnefer, fils de Pennoub ; b : ONL 1079, au nom de Kasa, fils de Âapehety ; c : ONL 150, au nom de Nebnefer, fils de Saouadjyt) © Ifao/R. Pietri.

D’autres sites du Nouvel Empire ont livré des tessères onomastiques comparables à celles de Deir el-Médina : on en trouve par exemple dans la Vallée des Rois[5], mais aussi dès la XVIIIe dynastie à Deir el-Bahari[6] ou à l’extrême fin de l’époque ramesside dans la nécropole de Dra Abou el-Naga[7]. Des ostraca similaires, inscrits seulement d’un anthroponyme, cette fois en démotique, sont aussi connus en Égypte à des périodes beaucoup plus tardives, par exemple à l’époque gréco-romaine sur le site de Soknopaiou Nésos, dans le Fayoum[8]. Quelques exemples en copte semblent également être attestés[9]. Des documents comparables existent hors d’Égypte : ainsi par exemple sur le site de Massada, où l’on a retrouvé quelques ostraca inscrits d’un simple nom propre, en hébreu ou en araméen[10].

La ou les fonction(s) des tessères onomastiques reste encore à déterminer avec précision. Plusieurs interprétations sont possibles : il pourrait s’agir de jetons nominatifs utilisés comme contremarques au sein de la communauté de Deir el-Médina, ou bien d’un témoignage supplémentaire des pratiques oraculaires bien connues du village, offrant à une divinité interrogée le choix entre deux noms comme réponse à la question posée. Ces interprétations ne sont pas contradictoires et d’autres hypothèses sont envisageables.

En 2021, le travail aux archives de l’Ifao s’est poursuivi et a permis d’ajouter une trentaine de tessères à celles réunies lors de la précédente mission. Un patient travail d’édition attend maintenant chacun de ces ostraca [Fig. 5]. Au moins une autre mission de vérification sera nécessaire afin d’achever la préparation de la publication du catalogue des tessères onomastiques de Deir el-Médina dans la collection DFIFAO.

Fig. 5 : photographie, fac-similé et transcription de la tessère onomastique ONL 110, au nom de Nakhtmin[11]
© Ifao/R. Pietri


Renaud PIETRI (rpietri@uliege.be ; renaud.pietri@gmail.com)

Université de Liège – Postdoc ‘Crossing Boundaries: Understanding Complex Scribal Practices in Ancient Egypt’ (http://crossing-boundaries.uliege.be/)


[1] Grandet 2000, p. 4-5.

[2] Sur la terminologie allemande, cf. le point récent dans Burkard 2018, p. 14-15.

[3] Des tessères ont déjà été publiées par P. Grandet dans l’un de ses catalogues, Grandet 2000, p. 14, n° 708 ; cf. également p. 15, n° 709-711, pour des contremarques tout à fait comparables aux tessères mais listant trois personnes ou simplement « l’équipe de gauche » de Deir el-Médina.

[4] Ifao, Archives S. Sauneron 295.

[5] Dorn 2011, p. 142-143, n° 572, 591-605.

[6] Hayes 1942, p. 25-26.

[7] Burkard 2018, passim.

[8] Arlt 2013 (avec bibliographie antérieure).

[9] Brunsch 1980, p. 18, n° 5-6.

[10] Yadin 1965, p. 63 et 112.

[11] Les hiéroglyphes ont été écrits à l’aide du logiciel libre JSesh (disponible à l’adresse suivante : https://jsesh.qenherkhopeshef.org/fr).


BIBLIOGRAPHIE

Arlt 2013

C. Arlt, « The name ostraca from Soknopaiou Nesos: office lottery or ostracism in the Fayyûm? », in C. Arlt, M. A. Stadler (éd.), Das Fayyûm in Hellenismus und Kaiserzeit: Fallstudien zu multikulturellem Leben in der Antike, Wiesbaden, 2013, p. 7-17.

Brunsch 1980

W. Brunsch, « 10 Ostraka aus Heidelberg », Enchoria 10, 1980, p. 15-22.

Burkard 2018

G. Burkard, Dra’ Abu el-Naga II: Hieratische Ostraka und Namensteine aus Dra’ Abu el-Naga, ArchVer 129, 2018.

Dorn 2011

A. Dorn, Arbeiterhütten im Tal der Könige: ein Beitrag zur altägyptischen Sozialgeschichte aufgrund von neuem Quellenmaterial aus der Mitte der 20. Dynastie (ca. 1150 v. Chr.), 3 vols., AH 23, 2011.

Grandet 2000

P. Grandet, Catalogue des ostraca hiératiques non littéraires de Deir el-Médînéh. Tome VIII, N°s 706-830, DFIFAO 39, 2000.

Hayes 1942

W. Chr. Hayes, Ostraka and name stones from the tomb of Sen-Mut (no. 71) at Thebes, New-York, 1942.

Yadin 1965

Y. Yadin, « The Excavation of Masada – 1963/64: Preliminary Report », IEJ 15, 1965, p. 1-120.



Citer ce billet
rpietri (2021, 19 avril). Les tessères onomastiques de Deir el-Médina : recherche en cours dans les collections de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire. ArchivEFE. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cknd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search