L’ouverture des données de la recherche à l’École française d’Athènes

Depuis plusieurs années, l’École française d’Athènes s’est engagée à mettre à disposition de la communauté des chercheurs et du grand public les lots de données issus des travaux de recherche qu’elle soutient. Grâce à la plateforme Archimage, actuellement, les photographies, plans et archives manuscrites numérisés peuvent être rendus accessibles, de même que des lots de données nativement numériques comme les modèles 3D. Prochainement seront pris en compte d’autres types, tels les données textuelles et les tableurs. Cet article reviendra sur les engagements de l’établissement, la procédure mise en œuvre et les résultats de cette entreprise.

La politique science ouverte de l’EFA

La charte adoptée en 2021 décline les divers engagements de l’établissement en matière de science ouverte : consolider la politique de l’EFA, généraliser l’accès ouvert aux publications scientifiques, structurer et ouvrir les données de la recherche et s’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale.

La charte pour la science ouverte de l’EFA

Un comité de pilotage a été constitué autour de ces thématiques, prenant pour références les grands textes de la science ouverte, qui établissent un cadre théorique et juridique. Par science ouverte, on entend donc l’accès libre et sans entraves aux outils et aux résultats de la recherche, dans un format qui soit dit FAIR (pour facile à trouver, accessible, interopérable et réutilisable), toujours dans un contexte de capacité des plateformes à échanger entre elles et en privilégiant les partenariats avec les grandes infrastructures nationales et internationales. L’objectif est de fournir un écosystème de qualité au plus large public possible, qu’il soit spécialisé ou non, afin de permettre à tous de prendre connaissance et de réemployer ces données et résultats de la recherche.

L’accompagnement des chercheurs et chercheuses est ainsi au cœur de cette initiative : c’est avec eux et pour eux que les publications, données, codes et logiciels sont rendus accessibles sur les différentes plateformes de l’EFA. On peut citer pour l’établissement le pôle éditorial de l’EFA qui a développé des partenariats avec Persée (Bulletin de correspondance hellénique et Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome) et OpenEdition, où les textes peuvent être lus sans contraintes, la Chronique des fouilles en ligne qui rend ses données interopérables, fournissant un large panel de jeux de données géographiques, historiques et institutionnelles, les webSIG (pour Amathonte, Délos, Thasos) qui offrent une cartographie à jour des sites de fouilles de l’EFA, et alignent leurs secteurs avec ceux d’Archimage pour Délos notamment, et enfin les différentes bases de données développées dans le cadre des travaux de l’École.

Le modèle de données de la Chronique des fouilles en ligne

Celle-ci a donc participé ces dernières années à développer une série d’outils et de procédures pour la science ouverte dont certains sont librement réutilisables par le réseau des écoles françaises à l’étranger et d’autres institutions. Parmi eux, la plateforme Archimage permettant de rendre les données de la recherche accessibles : on parle ici des fonds photographiques, des plans et archives manuscrites conservées à l’EFA depuis le début de ses activités.

La procédure d’ouverture

La première étape consiste en l’identification d’un site dont les données sont propices à une ouverture. Cela peut dépendre de l’avancée des recherches qui y sont menées ou d’un calendrier événementiel comme ce fut le cas avec Délos 150. Pour chaque site, le responsable est contacté afin de définir les secteurs ou lots qui seront prioritaires, en coordination avec la direction.

Avant toute ouverture, la question des droits est la première à se poser. En effet, les données tombent sous le sceau de la propriété intellectuelle, l’auteur qui en est à l’origine conservant des droits patrimoniaux et moraux (voir par exemple cet article sur Le point sur le droit d’auteur). Cela dépend ensuite du statut du producteur, étant chercheur, architecte ou agent de l’État en fonction, etc. On extrait alors pour les secteurs identifiés de la base de données les listes d’auteurs, qui devront être contactés individuellement.

Exemple d’un tableur recensant les données de Byllis

On adresse à chaque auteur un courriel explicitant la démarche de l’ouverture avec en pièce jointe un contrat de cession de droits (à titre non-exclusif) et un tableur recensant les métadonnées concernées pour information. L’auteur conserve le droit, grâce à une colonne dédiée, d’expliciter quelles données il souhaiterait de pas voir ouvertes pour des raisons d’études en cours par exemple. Les modèles du contrat et du tableur sont disponibles dans l’espace numérique de l’EFA via ce lien pour le contrat et ce lien pour le tableur.

Une fois les contrats reçus et ratifiés par les deux parties, un nouveau tableur plus simplifié est mis au point pour usage en interne : il ne reprend que les identifiants des données dont les droits sont cédés, le tag qui sera apposé sur le lot et les informations « document public » et « image publique ». Ainsi, les lots seront facilement identifiables au sein de la base de données et les notices avec leur visuel accessibles en ligne. Ce dernier tableur est transmis au responsable des fonds concernés qui l’intègre à la plateforme Archimage pour réaliser l’ouverture effective.

Les ouvertures réalisées

À ce jour, plus de 30 000 documents sont disponibles publiquement sur Archimage, fonctionnant comme une application de gestion des archives et un entrepôt de données institutionnel : les documents numérisés y sont stockés de manière pérenne et sécurisée, et ceux pour lesquels les droits ont été acquis sont mis en ligne le plus rapidement possible. La première campagne d’ouverture a concerné les sites de Délos (4 937 notices pour 2 195 images en 2023, concernant le sanctuaire d’Apollon et le quartier du théâtre) et de Philippes (367 notices et images en 2022 et 295 notices pour 293 images en 2024, concernant pour les plus récentes les basiliques A et B). Cette entreprise se poursuit avec d’autres sites comme Byllis.

Exemple des données de Délos dans Archimage

L’initiative de l’ouverture peut venir de l’EFA comme des chercheurs eux-mêmes, s’ils nous contactent en exprimant la volonté d’ouvrir les lots de données sur lesquels ils ont pu travailler : ce fut notamment le cas avec les données de Malia, issues du bâtiment Dessenne (1 879 notices pour 1 877 images en 2024). Les informations complètes sont disponibles dans les fiches pratiques de l’EFA, dans la rubrique « Comment ouvrir mes données ? ».

Malia, bâtiment Dessenne, Vase P6462_3, 2014 / Cl. Papachrysanthou, Kyriakos EFA N596-264
Malia, bâtiment Dessenne, ASO2014-05, 2014 / Cl. Devolder, Maud EFA N596-1031
Philippes, Basilique B, nef sud, chapiteau, détail, 2002 / Cl. Mulliez, Dominique EFA N92-023

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Rémy Ienco (18 juin 2024). L’ouverture des données de la recherche à l’École française d’Athènes. ArchivEFE. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uke


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search