Un musée pour l’École. La collection d’antiques de l’École française de Rome

Au moment où le Palais Farnèse fait l’objet d’une actualité à la fois scientifique et médiatique (chantier de restauration et conservation 2021-2025), l’École française de Rome a été retenue dans le cadre de l’appel à projet du MESR pour l’informatisation et la valorisation des collections scientifiques patrimoniales. Le projet présenté, “Un musée pour l’École”, a pour objectif de mettre en valeur et présenter au public un ensemble inédit d’objets archéologiques conservés à l’École française de Rome.

Terres cuites étrusco-latiales en cours d’étude. 2023 © École française de Rome

La collection

Conservée au Palais Farnèse, cette collection s’intègre pleinement dans une histoire plus large des débuts de l’École française de Rome car elle est née, dans les dernières décennies du XIXe siècle, de la volonté d’Auguste Geffroy (1820-1895), son premier directeur (de 1875 à 1882, puis de 1888 à 1895), de fonder un musée de l’École qui était destiné à la formation de ses membres scientifiques par la pratique de l’objet archéologique, faisant de la sorte écho à l’histoire, plus large, des collections universitaires françaises d’antiquités, et témoignant d’un grand intérêt scientifique et patrimonial. À part quelques études ponctuelles sur certains objets, elle n’a jamais été étudiée dans son ensemble et l’histoire de sa constitution reste encore méconnue.

Les recherches entreprises par deux anciens membres scientifiques de la section antiquité, Christian Mazet et Paolo Tomassini, sur les objets et dans différents fonds d’archives (EFR, Archives nationales, Archivio di Stato di Roma), ont permis l’étude de près de 350 objets répartis en plusieurs lots cohérents qui correspondent à différents aspects de la collection :

  • des achats sur le marché des antiquités romaines, notamment un lot important de sculptures, encore aujourd’hui en partie exposées sur la Loggia et dans les appartements du Palais Farnèse,
  • des dons divers à l’institution, en particulier un don d’une trentaine de vases grecs et étrusques en 1879 par le collectionneur et marchand romain Augusto Castellani,
  • une partie du matériel archéologique des premières fouilles de l’École française de Rome dans le Latium, les fouilles d’Emmanuel Fernique dans le sanctuaire d’Hercule à Palestrina en 1878 (environ 70 terres cuites votives étrusco-latiales),
  • un ensemble important de petits objets divers qui constituent une « matériauthèque » destinée à l’apprentissage pédagogique des premiers membres scientifiques de l’institution.
Portrait d’Auguste Geffroy exposé dans le salon rouge du Palais Farnèse © École française de Rome

Le projet “Un musée pour l’École”

Avec l’objectif de mettre en valeur cet important chapitre d’histoire pour l’École française de Rome, une étude de grande ampleur s’est engagée depuis juin 2020, visant à mettre à jour l’inventaire de la collection, à enrichir les notices des objets et à en établir un catalogue raisonné inédit, qui sera publié sous la forme d’un ouvrage dédié. Cet ouvrage de référence accompagnera une exposition physique temporaire organisée au sein des locaux de l’EFR, Place Navone, du printemps à l’hiver 2024, qui s’inscrit pleinement dans le cadre des activités de valorisation de l’anniversaire des 150 ans de la fondation de l’École française de Rome et de son installation au Palais Farnèse. A cela s’ajoutera également la création d’une exposition virtuelle dédiée, et dans le courant de l’année 2025, la collection d’antiquités, jusqu’alors partiellement présentée dans les appartements de réception de la direction, regagnera les espaces du Palais Farnèse avec une présentation muséographique nouvelle, exposant, pour la première fois de son histoire – et en particulier au cœur de la bibliothèque –, le « musée de l’École » souhaité et pensé par son premier directeur, Auguste Geffroy.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
eturquin (7 février 2024). Un musée pour l’École. La collection d’antiques de l’École française de Rome. ArchivEFE. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vrxr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search