La première mission archéologique de Pierre Paris en Espagne (1896) : quelques notes autour d’un album photographique inédit conservé à la Casa de Velázquez (épisode 2/3)


Figure 1. — Couverture de l’album conservé dans les archives de la Casa de Velázquez.

L’album photographique que nous avons rapidement présenté dans l’épisode précédent s’inscrit dans un contexte précis : lorsque Pierre Paris le constitue, au printemps 1896, l’helléniste, qui enseigne l’archéologie grecque et l’histoire de l’art à la faculté des lettres de Bordeaux depuis 1885, vient de décider de se lancer dans l’exploration d’un nouveau champ d’études en voie de constitution, celui de l’hispanisme archéologique (Rouillard 1995 ; Mora 2004).

Une archive dans son contexte : le tournant hispaniste

L’origine immédiate du tournant hispaniste remonte au printemps 1895. Le 1er mai, Pierre Paris s’adresse à Louis Liard, directeur de l’Enseignement supérieur, afin de recevoir une aide financière pour « faire pendant les vacances prochaines un voyage archéologique en Espagne » (Archives nationales de France, Pierrefitte, F/17/26788). En d’autres termes, il demande à être officiellement chargé d’une mission scientifique en péninsule Ibérique. Il s’agit d’une véritable lettre-programme. Le professeur bordelais y expose un projet de recherche sur le long terme, ambitieux mais réfléchi, et ce plus de deux ans avant la découverte de la Dame d’Elche. Pierre Paris y délimite d’abord un espace à explorer, à savoir la façade méditerranéenne de la péninsule dans son ensemble, ainsi que la Nouvelle-Castille. Il souhaite y étudier les collections privées et publiques des musées espagnols pour décrire, dessiner, photographier et publier les documents inédits qu’elles renferment. Ce premier axe sera complété par un travail de prospections sur le terrain (« dans les campagnes peu explorées ») pour étudier « tout ce qui peut intéresser l’archéologie phénicienne, grecque, gréco-phénicienne et romaine ». En arrière-plan, il y a déjà l’idée qu’il faut envisager la culture matérielle dans son ensemble (les « nombreux objets d’art ou d’industrie se rapportant à l’époque antique »), une approche qui, quelques années plus tard, sera au cœur du projet éditorial de l’Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive (Paris 1903-1904). Il se propose donc de poursuivre l’œuvre entreprise par les missionnaires qui l’ont précédé. La mention des Baléares laisse supposer qu’il connaît les travaux d’Émile Cartailhac.

Mais c’est sans aucun doute le dossier de la sculpture ibérique ouvert par Léon Heuzey et Arthur Engel qui séduit avant tout le savant bordelais passionné par la sculpture grecque (Reimond 2018) : « Je songe, en particulier, à étudier de très près les collections et le sol des îles Baléares, et surtout à visiter et sonder très en détail tout le terrain qui entoure et avoisine le Cerro de los Santos, près d’Almanza [sic]. Il résulte des nombreux documents signalés par M. Engel, et des recherches qu’il a faites lui même, non aussi complètes qu’il l’aurait voulu, qu’il reste encore beaucoup à faire, tant pour la découverte des œuvres provenant de ce curieux sanctuaire, que pour l’estimation exacte de leur valeur archéologique ; il serait sans doute possible d’obtenir des résultats importants, auxquels applaudiraient ceux de nos maîtres que la question intéresse, Messieurs Heuzey et Perrot en particulier ». Les figures d’autorité que sont Léon Heuzey et Georges Perrot servent ici de garants scientifiques. À côté du rappel de ce lien maîtres-disciple, la volonté de Pierre Paris d’afficher la cohérence et la légitimité de sa démarche à travers l’habitus athénien est évidente : « J’estime d’autre part qu’une exploration minutieuse et sagace, telle qu’apprennent à la conduire les membres de l’École d’Athènes durant leur séjour en Grèce et en Asie Mineure, permettrait de recueillir, dans des districts peu fréquentés, en dehors des routes modernes, nombre de documents et d’objets importants […]. Les savants Espagnols occupés de l’Espagne antique sont peu nombreux, et rarement formés aux méthodes nouvelles d’investigation et de science ; leur pays est, presque tout entier, un domaine vierge pour les archéologues ». En mettant en avant sa formation et son identité athénienne, il s’emploie à donner des gages de sérieux à son interlocuteur pour le convaincre. Nul doute que Louis Liard ait été sensible à ces arguments très positivistes qui renvoyaient à la pratique d’une archéologie méthodique.

Pierre Paris sait parfaitement qu’il s’adresse à l’un des principaux artisans de la réforme des universités. Aussi insiste-t-il sur le fait qu’il ne fait pas cavalier seul. Son projet personnel s’inscrit au contraire dans le cadre de la politique scientifique entreprise par la faculté des lettres de Bordeaux et peut la servir : « Les professeurs de notre Faculté des Lettres ne sont-ils pas tout désignés pour le défricher et le cultiver [ce domaine vierge] ? Les relations de la ville de Bordeaux avec l’Espagne sont fréquentes et cordiales ; je pourrai sans doute en profiter pour me ménager partout un accueil empressé. Peut-être même serait-il aisé, en faisant connaître les ressources de notre Université et de notre Ville, d’attirer auprès de nous quelques étudiants espagnols, et d’augmenter ainsi la vitalité et l’influence de nos travaux professionnels ». Il y a là, en germe, ce que sera la politique de l’intercambio au début du XXe siècle, c’est-à-dire les échanges universitaires organisés entre Bordeaux, Toulouse et les principales universités espagnoles (Niño Rodríguez 1988, p. 177-187 ; Delaunay 2010, p. 633-648). Pierre Paris sollicitant l’aide financière de l’État, il doit aussi convaincre le haut fonctionnaire qu’est Louis Liard de l’utilité pratique et politique de sa mission : elle pourrait « enrichir soit nos collections nationales, soit les collections archéologiques de notre Faculté des Lettres », d’autant que « Nulle loi non plus ne me semble régenter les fouilles, dont les possesseurs de terrains permettent volontiers et facilitent l’entreprise ».

Le projet se veut donc ambitieux. Manifestement, Pierre Paris ne le conçoit pas comme une simple parenthèse. Il y voit la première étape d’un travail à mener sur le temps long, destiné à « amorcer peut-être des fouilles intéressantes que je poursuivrais plus tard avec votre approbation, et l’appui de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres ». La lettre se conclut par ce qui est le plus important pour lui dans l’immédiat : il demande une subvention de 2 000 F pour entreprendre son voyage d’étude. Malheureusement, nous ne disposons pas de la réponse du directeur de l’Enseignement supérieur. Mais il est certain que le subside espéré ne lui est pas accordé, les crédits étant épuisés pour l’année 1895. C’est ce qu’indique une note ajoutée au crayon en haut de la première page, sans doute par Louis Liard lui-même : « Répdu le 4 mai 95. Tous mes regrets [rat. = l’état des crédits] Tous les crédits sont engagés ».

Pierre Paris a-t-il renouvelé sa demande à la fin de l’année 1895 ou la démarche est-elle due à la direction de l’Enseignement supérieur ? Toujours est-il que nous conservons une lettre du professeur bordelais à Louis Liard, datée de février 1896, dans laquelle il le remercie de lui avoir accordé une première subvention de 600 F. Il en profite pour le prier de lui donner « une nouvelle preuve de bonté » en lui confiant « une mission officielle qui [lui] donne d’abord la possibilité d’être accrédité auprès des autorités espagnoles ». Dans l’esprit de Pierre Paris, il s’agit aussi de préparer l’avenir : « Je pourrai avoir besoin [de cette mission officielle] pour faciliter mes recherches, et plus tard me permettre de me prévaloir de cet antécédent pour obtenir de l’Institut une subvention, si, comme je l’espère un peu, je trouve un emplacement favorable à des fouilles archéologiques » (Archives nationales de France, Pierrefitte, F/17/17282).

Pierre Paris peut alors demander officiellement une autorisation d’absence pour réaliser son premier voyage archéologique en Espagne en avril-mai 1896, « époque la plus favorable », alors que l’année universitaire n’est pas achevée (lettre au doyen Paul Stapfer, 5 mars 1896, Archives nationales de France, Pierrefitte, F/17/26788). Il s’agit d’une simple formalité : transmise à la direction de l’Enseignement supérieure par la voie hiérarchique (le doyen de la faculté des lettres et le recteur de l’académie de Bordeaux), sa demande est acceptée par Louis Liard le 13 mars 1896 (minute du 13 mars 1896, Archives nationales de France, Pierrefitte, F/17/26788). Dans les jours qui suivent, il reçoit les lettres de recommandation officielles destinées à faciliter ses démarches et ses déplacements en Espagne.


Figure 2. — Itinéraire suivi par Pierre Paris lors de sa première mission archéologique en Espagne (1896).

À suivre

Grégory Reimond
Docteur en histoire, PLH-ERASME (UT2J)
Ancien membre scientifique de la Casa de Velázquez (EHEHI)
gregory.reimond@casadevelazquez.org

Tous les documents d’archives dont les photographies sont publiées sont soumis à droit d’auteur.

Bibliographie citée

Delaunay 2010 : Jean-Marc Delaunay, Méfiance cordiale. Les relations franco-espagnoles de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale. 1. Les relations métropolitaines, vol. 1/3, Paris, L’Harmattan, 2010.

Mora 2004 : Gloria Mora, « Pierre Paris y el hispanismo arqueológico », dans Trinidad Tortosa Rocamora (éd.), El yacimiento de La Alcudia (Elche, Alicante). Pasado y presente de un enclave ibérico, Madrid, CSIC, coll. « Anejos de Archivo Español de Arqueología » (30), 2004, p. 27‑42.

Niño Rodríguez 1988 : Antonio Niño Rodríguez, Cultura y diplomacia. Los hispanistas franceses y España (1875-1931), Madrid, CSIC, Casa de Velázquez, Société des hispanistes français, 1988.

Paris 1903-1904 : Pierre Paris, Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, 2 vol., Paris, Ernest Leroux, 1903-1904.

Reimond 2018 : Grégory Reimond, « Arcaísmo y clasicismo en el pensamiento de Pierre Paris: los escultores griegos a la conquista del movimiento », dans Antonio Duplá Ansuátegui, Eleonora Dell’ Elicine et Jonatan Pérez Mostazo (éd.), Antigüedad clásica y naciones modernas en el Viejo y el Nuevo Mundo, Madrid, Ediciones Polifemo, 2018, p. 155‑182.

Rouillard 1995 : Pierre Rouillard, « Le Pays Valencien et les archéologues français à la fin du XIXe siècle », Saguntum, 29, 1995, p. 105‑112.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search