La première mission archéologique de Pierre Paris en Espagne (1896) : quelques notes autour d’un album photographique inédit conservé à la Casa de Velázquez (épisode 1/3)

Tous les historiens qui ont travaillé sur l’histoire de la Casa de Velázquez le savent : l’archive historique de l’École française d’Espagne est des plus minces. Qu’il s’agisse des dossiers administratifs ou des papiers personnels de son premier directeur, Pierre Paris (1859-1931), cette documentation semble irrémédiablement perdue, disparue dans l’incendie qui, en novembre 1936, lors de la bataille de Madrid, ravagea l’édifice de style Siècle d’or bâti par la France à La Moncloa entre 1920 et 1935 (Calvo González-Regueral 2012 ; Tranche 2019). Ainsi le rappelait Jean-Marc Delaunay : ceux qu’intéressait cette histoire devaient « moissonner les champs d’archives, mais le feu ou l’oubli en avaient déjà dévasté une part appréciable » (Delaunay 1994, p. 13). Les recherches que nous avons menées dans le cadre de notre thèse de doctorat (dans laquelle nous avons mêlé deux approches étroitement complémentaires : l’écriture d’une biographie intellectuelle de Pierre Paris et l’étude de la réception de son œuvre dans une perspective qui est celle de l’archéologie des savoirs), nous ont toutefois permis de retrouver un document inédit d’un grand intérêt (Reimond inédit, vol. 1, p. 520-521, vol. 2, fig. 272-278). Il s’agit d’un album photographique de 270 × 180 mm [fig. 1]. Les quelques notes qui suivent ne prétendent pas en proposer une étude exhaustive. Il s’agit, plus modestement, de présenter un document d’archive à l’intérêt historique majeur et de tracer à grands traits le contexte dans lequel il a été produit.

Figure 1. — Couverture de l’album conservé dans les archives de la Casa de Velázquez (collection Casa de Velázquez).

L’identification du document : l’apport des correspondances et des carnets de voyage

Rappelons d’abord que l’album est incomplet. Certaines photographies ont disparu ; ne subsiste que leur légende manuscrite. D’autre part, l’inégale qualité des clichés préservés –sur certains, l’image a presque complètement disparu– nous rappelle toute l’importance des conditions de conservation de ces documents fragiles : objets chimiques, ils sont très sensibles à la lumière et à l’humidité en raison des éléments qui les composent.

Rien ne permet d’identifier le document avec précision au premier regard puisqu’il n’est ni daté ni signé. Une étude attentive permet toutefois d’y voir plus clair : l’album a été constitué par Pierre Paris lors de son premier voyage « professionnel » en Espagne au printemps 1896. Il n’y a en effet aucun doute possible quant à son auteur. Au terme d’un travail qui nous a conduit à transcrire intégralement 1 082 lettres de la correspondance de Pierre Paris (Reimond inédit, vol. 3), on reconnaît sans difficulté l’écriture du premier directeur de la Casa de Velázquez dans les légendes des photographies. Quant à la date que nous proposons, le printemps 1896, sa restitution est permise par un faisceau d’éléments concordants. La confrontation des informations contenues dans l’album à celles des carnets de voyage de Pierre Paris (grâce à la précieuse collaboration de ses descendants, nous avons pu les consulter au château de Beyssac acquis par l’historien de l’art et archéologue bordelais à la fin de l’année 1904) et à celles de sa correspondance avec Emil Hübner (localisée par Jorge Maier Allende et transcrite par nous) apporte des informations décisives. D’une part, les lieux mentionnés dans l’album correspondent à ceux visités par Pierre Paris entre avril et juin 1896 [fig. 2].

Figure 2. — Itinéraire suivi par Pierre Paris lors de sa première mission archéologique en Espagne (1896).

D’autre part, dans une lettre qu’il adresse le 25 juin 1896 à Emil Hübner, Pierre Paris écrit : « Enfin, cher Monsieur, vous seriez bien aimable de m’envoyer l’adresse de l’extraordinaire Dodgson [Edward Spencer Dodgson], à qui je n’ai pas répondu depuis près d’un mois. Je veux lui envoyer la photographie d’une stèle de Clunia à Burgos ; il y tient pour deux raisons, d’abord parce qu’il prétend que la rosace placée au dessus de l’inscription est la même qui se trouve sur les stèles funéraires basques (naturellement !) et puis parce qu’il a voulu se faire photographier à côté de ce précieux monument. Si vous désirez faire connaissance avec le visage de votre inépuisable correspondant, je vous enverrai volontiers le document. J’ai photographié ces stèles de Clunia parce qu’il y a au dessous des inscriptions des petits bas-reliefs curieux que je veux étudier » (Staatsbibliothek zu Berlin, Nachlass Emil Hübner, Kasten 13). Ces informations correspondent à l’une des pages de l’album [fig. 3].

Figure 3. — Album de Pierre Paris conservé à Madrid : photographies des stèles de Clunia et photographie manquante d’Edward Spenser Dodgson (collection Casa de Velázquez).

La photographie sur laquelle apparaissait Edward S. Dodgson, au centre, n’est pas conservée (selon toute vraisemblance, elle fut donc bien envoyée à Emil Hübner), mais son emplacement et le pied de légende correspondant sont bien visibles.

Grâce aux carnets de voyage et à la correspondance de Pierre Paris, la prise des photographies peut donc parfois être datée au jour près. L’album de la Casa de Velázquez constitue ainsi une illustration directe et vivante des trois premiers carnets (relatifs à la mission du printemps 1896) édités il y a plus de quarante ans par Georges Demerson (Paris 1979).

À suivre

Grégory Reimond
Docteur en histoire, PLH-ERASME (UT2J)
Ancien membre scientifique de la Casa de Velázquez (EHEHI)
gregory.reimond@casadevelazquez.org

Je remercie chaleureusement Maëla Le Péron, archiviste à la Casa de Velázquez, d’avoir pris le temps de numériser intégralement l’album de Pierre Paris pour me permettre de m’y replonger à distance.

Tous les documents d’archives dont les photographies sont publiées sont soumis à droit d’auteur.

Bibliographie citée

Calvo González-Regueral 2012 : Fernando Calvo González-Regueral, La Guerra Civil en la Ciudad Universitaria, Madrid, La Librería, 2012.

Delaunay 1994 : Jean-Marc Delaunay, Des palais en Espagne. L’École des hautes études hispaniques et la Casa de Velázquez au cœur des relations franco-espagnoles du XXe siècle (1898-1979), Madrid, Casa de Velázquez, coll. « BCV » (10), 1994.

Paris 1979 : Pierre Paris, L’Espagne de 1895 et 1897. Journal de voyage, éd. par Georges Demerson, Paris, E. de Boccard, coll. « Maison des Pays Ibériques » (1), « Publications du Centre Pierre Paris » (5), 1979.

Reimond inédit : Grégory Reimond, « L’Ibérie s’illuminant des reflets radieux de l’Hellas ». Pierre Paris (1859-1931), un passeur de frontières entre hellénisme et hispanisme, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Corinne Bonnet, Toulouse, université de Toulouse – Jean Jaurès (TESC, PLH-ERASME), inédit, 2021.

Tranche 2019 : Rafael R. Tranche, « La Ciudad Universitaria: del teatro de operaciones al teatro monumental sobre las ruinas », dans Stéphane Michonneau, Carolina Rodríguez-López et Fernando Vela Cossío (éd.), Paisajes de guerra. Huellas, reconstrucción, patrimonio (1939-años 2000), Madrid, Casa de Velázquez, coll. « Collection de la Casa de Velázquez » (173), 2019, p. 49-63.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search