« L’aigle de Mandchourie », un roman de Sessue Hayakama (5/5)

Entre juillet et septembre 2021, l’EFEO a reçu cinq stagiaires, qui ont pris en charge le récolement du Fonds Serge et Vadime Elisseeff. Ces archives, entrées par don il y a plusieurs années, feront l’objet d’un traitement archivistique complet en 2022. L’inventaire détaillé, qui marque la première étape du signalement de ce fonds, est le résultat d’un travail gigantesque.

La bibliothèque de l’EFEO tient à remercier très chaleureusement ces cinq jeunes collègues pour leur ténacité ! Pour permettre au public de mieux connaître ces archives et leurs producteurs, Line Langlois-Deschamps, Ambre Genevois, Alexis Markovitch, Yukari Laurent et Long Sha présenteront chacun à leur tour, dans une série de cinq billets, un aspect spécifique de ce fonds.

Ce dernier article est écrit par Long SHA. Titulaire d’un Master Patrimoine et livre ancien de l’Université de Franche-Comté, Long suit actuellement une formation en restauration et reliure.

Sessue Hayakawa 早川雪洲 (1886-1973)

L’équipe chargée de son récolement a redécouvert un tapuscrit enfoui dans le fonds d’Elisseeff, celui d’un roman en français – « L’aigle de Mandchourie », écrit par Sessue Hayakawa, l’un des acteurs de films muets hollywoodiens les plus célèbres du Japon au début du XXe siècle.

Sessue Hayakawa 早川雪洲 (1886-1973), de son vrai nom Kintaro Hayakawa, a été le premier acteur japonais à jouer un rôle principal dans un film hollywoodien et une pièce de théâtre de Broadway. A une époque où le racisme était répandu en États-Unis, il a conquis le cœur de nombreuses Américaines grâce à sa prestance et à ses talents d’acteur, devenant ainsi un acteur asiatique emblématique de son époque. Sa réussite dans l’interprétation de films tragiques peut être comparée à celle de Charlie Chaplin pour les films comiques. Sessue Hayakawa est née dans une famille aisée de Chiba, Japon, il a donc reçu une très bonne éducation. Il avait un amour profond pour les pièces de Kenjiro Tokutomi, ce qui a peut-être été le point de départ de sa future carrière dans le cinéma et le théâtre. Il pratique le kendo depuis son enfance et deviendra marine comme il en rêvait. Cependant, il n’a pas réussi l’examen de l’Académie navale. Extrêmement desespéré, il a tenté de se suicider mais a pu être sauvé. Lorsqu’un navire américain s’est échoué au Japon en 1907, Hayakawa, qui parlait couramment l’anglais, a travaillé comme traducteur pendant les opérations de sauvetage. À la fin de son travail, il a formé le projet d’aller en Amérique pour trouver une vie meilleure. En juillet de la même année, il arrive à Seattle, et s’installe à Los Angeles en 1908. Après son arrivée à Los Angeles, il rencontre d’autres Américains d’origine japonaise passionnés de théâtre, ce qui l’a amené à participer à la fondation de l’Association littéraire et artistique de Los Angeles(羅府文芸協会)et à jouer le rôle principal dans une compagnie de théâtre amateur. Il rencontre sa future femme Tsuru Aoki (青木鶴子) lors d’un événement théâtral. À ce moment, Tsuru Aoki apparaissait déjà dans des films hollywoodiens et était l’une des premières actrices japonaises internationales et la première actrice japonaise à Hollywood. Elle suggère à Hayakawa de répéter « Taifun », une pièce sur un espion japonais écrite par Lebovics Menyhért en 1909, et lui présente son metteur en scène, Thomas H. Ince. H. Ince découvre les talents et les potentiels de Hayakawa et signe un contrat avec lui. Cependant, comme Hayakawa n’était pas célèbre à l’époque et qu’il n’était jamais apparu dans un film, H. Ince lui offre seulement de jouer dans le film « Oh Mimi san » avec Tsuru Aoki, ainsi que des rôles dans une douzaine de courts métrages, afin de lui permettre d’acquérir une expérience d’acteur. « The Typhoon » a ensuite été porté à l’écran. Mais en raison de son sujet, le film deviendra plus tard un fondement important pour la théorie de la « Péril jaune » aux États-Unis. En 1915, il joue dans un film « The Cheat » qui a influencé sa carrière cinématographique. Le film a été diffusé dans le monde entier et a été extrêmement apprécié, générant plus de 3 millions de dollars de recettes au box-office rien qu’aux États-Unis. Dès lors, la carrière cinématographique de Hayakawa est à son apogée, et il fonde même sa propre société cinématographique – Haworth Pictures Corporation, en 1918. En 1922, Hayakawa est menacé de mort alors que le thème du “péril jaune” devient populaire aux États-Unis : il ferme sa société de cinéma pour préparer son départ en Europe. En 1923, le couple Hayakawa arrive à Paris où il reçoit un accueil chaleureux. Il joue dans le film « La Bataille ». Ce film est à nouveau un grand succès. Sa renommée en Europe atteint son apogée et il est même invité par le roi George V du Royaume-Uni pour interpréter « Knee of the God » devant la famille royale ainsi que la pièce de William Archer « Samouraï » écrite spécialement pour lui. Au cours des années suivantes, Hayakawa fait des allers-retours entre les États-Unis et l’Europe. En 1926, il écrit son roman « The Bandit Prince », qu’il porte au théâtre.

Après cela, Hayakawa a été abandonné par l’industrie cinématographique américaine et il a connu une période plus difficile du fait de désordre de sa vie privée. Avec la Seconde Guerre mondiale, sa carrière d’acteur s’arrête. Ce n’est qu’en 1958 qu’on lui propose le rôle d’un officier japonais, Saito, dans « Le Pont de la rivière Kwai », un film qui remporte de nombreux prix cinématographiques, dont un Oscar et un Golden Globe, et pour lequel il est nommé pour le prix du meilleur second rôle. Il a ensuite relancé sa carrière cinématographique, voyageant entre le Japon et les États-Unis pour apparaître dans de nombreux films et séries télévisées. Il décéde en 1973. Son nom est à jamais gravé sur le Hollywood Walk of Fame.

Le tapuscrit que nous avons retrouvé contient plus de 300 pages de texte, un synopsis, une traduction anglaise partielle et la correspondance entre Serge Elisseeff et les grands éditeurs parisiens, etc. Ils contiennent de nombreuses corrections et ratures manuscrites, peut-être de l’écriture de Serge Elisseeff. La correspondance d’Elisseeff avec de nombreux éditeurs et librairies parisiens, nous montre son intérêt pour les œuvres littéraires de cette star de cinéma. Elle exprime quelques inquiétudes.

Comme l’écrit le célèbre éditeur parisien Bernard Grasset dans sa réponse à Elisseeff le 1er juillet 1925 :

« … Le nom du grand artiste cinégraphique est évidemment très connu, mais il ne s’en suit pas que son talent de romancier soit tel que des conditions puissent être faites uniquement sur son nom. Les deux choses sont très différentes. … »

Le libraire Baudiniere écrit dans une réponse à Elisseeff le 29 juin 1925 :

« …Pourriez-vous prendre l’engagement de la faire paraître à l’écran dans un délai déterminé. Monsieur Sessue Hayakawa qui possède une renommée mondiale à l’écran a besoin de faire en littérature une entrée digne de lui. Est-il susceptible d’ajouter une somme à celle que nous disposerons nous-même pour la publicité de lancement de son premier roman français. … »

Il n’y a aucune communication directe entre Elisseeff et Hayakawa dans ces lettres, nous ne savons donc pas comment ils se sont rencontrés. On ne peut que supposer qu’ils se sont rencontrés lorsque Hayakawa est venu à Paris pour tourner le film « La Bataille » en 1923. Elisseeff écrit dans une lettre à de nombreux éditeurs parisiens le 26 juin 1925 :

« Monsieur, L’artiste cinégraphique Sessue Kayakawa vient d’écrire en français un roman d’environ 325 pages sur un sujet chinois. L’action de déroule en Chine et à Paris. Ce roman va être filmé dans quelques mois. Il voudrait le faire publier et il s’est adressé à moi, qui serais un de ses amis, en me demandant de lui trouver un éditeur. … »

Elisseeff affirme que le roman est sur le point d’être porté à l’écran, mais il n’y a aucune trace de «L’aigle… » dans le catalogue des films interprétés par Hayakawa. Le roman commence par un vol commis par des bandits dans un train reliant de Hailar à Harbin, puis débouche sur l’histoire de la vengeance d’un prince du Mandchoukouo. Le roman a été achevé entre 1924 et 1925, mais son sujet rappelle son roman ultérieur, « The Bandit Prince », publié par la Macaulay Co. de New York en 1926, qui n’a pas été porté à l’écran mais est devenu une pièce de théâtre. Comme le livre et les documents connexes n’ont pas pu être trouvés dans les bibliothèques françaises, nous ne pouvons que spéculer sur trois possibilités:

  • Après l’échec de ses projets de publication à Paris, Hayakawa aurait traduit le roman en anglais et l’aurait ramené à New York pour le publier, en changeant le titre de l’œuvre.
  • En raison de l’échec du plan de publication, il aurait réutilisé les thèmes du roman précédent pour créer un autre roman.
  • Les deux romans ne sont pas liés, « L’aigle de Mandchourie » serait un roman complètement oublié et inédit.

Ce tapuscrit laisse de nombreuses questions en suspens, auxquelles nous ne pouvons pas répondre maintenant et qui attendent que nous poursuivions nos recherches.

Long SHA

Bibliographie:

« ッシュウ! 世界を魅了した日本人スター・早川雪洲 » , 中川織江, ISBN‏:978-4062179157

« 早川雪洲―武者修行世界を行く (人間の記録 (87)) », 早川雪洲(Sessue Hayakawa), ISBN:978-4820543336

« Sessue Hayakawa: Silent Cinema and Transnational Stardom »,Daisuke Miyao, ISBN: 978-0822389828


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search